Se connecter pour vérifier ses messages privés   S'enregistrer   Connexion   FAQ   Rechercher
Les Bitumeurs Index du Forum Les Bitumeurs

Quercynoise III - Mai 2006

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les souvenirs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 20 Aoû 2006, 12:57    Sujet du message: Quercynoise III - Mai 2006 Répondre en citant

 

La Quercynoise III

Du 25 au 28 Mai 2006
Par
David Ordure

Photo 015_resize BD ou l'éternel optimisme


En ce mois de Mai, David nous proposait une balade sur ses terres :
 
Ami(e) chasseur(se) de virages

Te voici dans l'antre de la troisième édition de cette quercynoise, avec au menu bonne humeur, virolos et plats à teneur élevée en canard.


Cela se passera ... 

Du Jeudi 25 Mai 2006 au Dimanche 28 Mai 2006.
En fait, le Jeudi et le Dimanche sont réservés à l'accueil et au départ des particpants, les roulages auront lieu le Vendredi et le Samedi.

Nous logerons dans le gîte du
Mas de Couderc à Théminettes dans le département du Lot (46, comme Rossi).

Comment roule-t-on ?

Il y aura 2 types de roulage.

1/ Menu gastronomique.

Environ 400 km par jour, à un rythme assez soutenu, ce qui ne veut pas dire forcément rapide. Nous avons déjà eu comme participant à ce groupe un sexagénaire en maxi-scoot qui n'a jamais été attendu plus de 5 minutes aux points de ralliement en roulant à une allure tout à fait convenable. Il s'agit plus d'une question d'être capable de bouffer de la borne en toute quiétude, que d'être rapide.

2/ Menu régional.

De 250 à 300 km par jour maximum, à un rythme cool, ce qui permettra aux amoureux des beaux paysages de lever le nez de temps en temps pour profiter des sites pittoresques qui seront traversés.

Comme les 2 groupes se retrouveront pour partager les repas du midi, il sera possible de passer d'un groupe à l'autre en m'en informant. 

-BD.
 


Les participants :
David Ordure 
Zuckes
Yosh 
Gromono
Karabadaf
Angel
Cendrillon
Glotton
Maco
Laboul
Pticon
Angleking
Millepanic
748R 
Ninou

 


_________________
Les Animateurs


Dernière édition par Les Animateurs le 20 Aoû 2006, 17:10; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 20 Aoû 2006, 12:59    Sujet du message: Répondre en citant

 

Les CR
 
David Ordure
 
Pour ma part, je me suis délecté de la route que j'ai choisie pour le retour, en passant par Massiac, Brioude, le Puy, Annonay via le Col de la République (un must celui-là, pour aller en Ardèche, je ferais le détour essprès). Les nouveaux bridge montés sur la Xsara sont rôdés congue !!!

Donc,

Merci à Glotton pour la logistique pièces, le bricolage du RSV, le talent de cuistot à la Plancha, la tête des grands jours après le passage dans les gorges de la Cère ...

Merci à Maco pour les efforts qu'elle fait en rendant Glotton aussi sociable ...
 
Merci à AK et Cécile pour l'exclusivité de leur annonce. AK, maintenant que t'as une gonzess Racing, va falloir que tu assures (au moins autant) que sur ta meule Racing... Pis Merci aussi pour m'avoir rendu la banane grâce à la "ptite moto qui pourrit tout ce qui roule sur les routes à chèvre" ...

Merci au gigolo et à sa vieille (qu'à encore de beaux restes) pour leur gentillesse et bonne humeur constante tout le long du séjour, quel que soient les évènements.


Photo 076_resize BD révise le RB
 
David Ordure

Merci à Cendrillon, qu'a vraiment pas eu de bol, et qui j'espère gardera malgré tout un bon souvenir et qui voudra revenir rouler avec nous en de meilleures conditions.

Merci à JP pour la profondeur de ses pensées, notamment en ce qui concerne la gent féminine, après quelques degrés d'alcool dans le sang.

Merci à Zuckes pour son cours de conduite avec remorque, je sais maintenant comment faire pour ne plus la retourner (mais je sais pas si je vais y arriver ...).

Merci à Gromono pour sa disponibilité, ses bon mots, et aussi la profondeur de ses pensées après quelques degrés d'alcool dans le sang ...

Merci à Ninou pour la distance parcourue, la franchise à toute épreuve, les belles arsouilles avec Kara et Glotton que j'avais seulement en visuel (dommage que ma monture ait déclaré forfait).

Merci à Yosh pour les fruits, le restau de Sonqucq, le respect du timing, la profondeur des pensées sur la gent féminine SANS degrés d'alcool.

Merci à Hoël de pas ronfler la nuit, et pour aussi faire preuve d'autant de mâturité en sachant trier dans les conseils "avisés" donnés par ses aînés ...

Merci à Laboul enfin, d'avoir su viser entre deux arbres et de m'avoir ainsi évité d'avoir à téléphoner à So pour lui annoncer autre chose qu'une clavicule cassée. Finalement, dixit Gromono lui-même, le 12 est loin d'être épave, et ptêt qu'il y aura quelque chose à en tirer. Courage en tous cas pour la suite, m'enfin, si t'as plus de bécane Racing, au moins t'as une nana qui l'est, ça peut toujours aider ...

Allez, bises à tous, pis si je faisais la gueule aujourd'hui, c'est surtout parce que c'était trop court et que vous me manquez déja, l'an prochain, on fera ça sur une semaine pour plus en profiter.

Tchô !!


Cendrillon
 
Quoment caser en un seul endroit autant de tronches, de gouailles, de grandes bouches, de tranches de vie… Et tout ça dans un joyeux bordel !
JiPé en dérapage contrôlé dans un parking maudit (j’en rêve encore !) et dissertant sur la prochaine stratégie de « rabattement » d’hypothétiques Bitumeuses ; David malmené mais ne perdant pas sa gouaille, sachant toujours tirer le meilleur d’une tranche d’histoire à raconter ; Grossac le cœur sur la main, chauffeur et accompagnateur d’une princesse en déroute ; Gromono homme d’actions, infaillible, ne s’encombrant que très rarement de mots parasites ; Hoël, déjà tellement efficace… et la tête bien farcie, ça promet un futur radieux et ravageur ; Maco tout en douceur et fluidité, je parle de conduite là Wink sachant que les aspérités sont bien là où il faut, faut pas déconner non plus Twisted Evil ; Glotton pas grand-chose à raconter que l’on ne sait déjà… Ah si ! ajouter un zest d’attentions inattendues, comme quoi les réputations sont surfaites ; Angel et Kara, indissiociables tourtereaux, qui ont voulu nous faire croire qu’ils savaient s’engueuler ; Cécile – incroyable Cécile – découverte d’une âme franchement bien faite, que de la fraîcheur et de la délicatesse ; Heu, ça tourne à des remerciements dégoulinants d’obséquiosité là… Il reste qui ? Ninou. Bin non, je ne peux pas dire de mal… Ninou le magnifique, qui nous a infligé un spectacle des plus, des plus… Allez, rhabille-toi va, on a bien vu le poil saillant et le muscle taillé dans la masse. Ti es bô mon fils Wink Dis-moi, une question de fille : qu’est-ce que tu mets comme déo sous le cuir à même la peau ? Naaan, je rigole Wink ; et Le Gilles, dire que je ne n’ai même pas eu l’occasion de l’avoir en « visuel », dommage… Remarquez, je peux au moins vous assurer d’une chose : il ne ronfle pas, lui ! Et puis… il reste encore notre ami Yosh, l’embobineur de ces dames, le poète de la libido en déroute, le camionneur du bitume… Change pas ! Ta compagnie nous (me, en tout cas) va bien Wink ; et le meilleur pour la fin : Laboul, au gesticulations ravageuses et à la conversation que même Sud, il a pas le temps de répondre : sa langue, elle bouge plus vite que la vitesse du son !!!
 
Photo 140_resize la tête dans le guidon
 
Cendrillon

Un mot de môman, dimanche quand nous étions sur le retour : « tu diras bonjour de ma part à tes amis les « bétonneurs » Wink

EssaiLLeur. Et dire que je ne l’ai même pas essaiLLée la es-spéciale Saint-Céré/Sousceyrac Crying or Very sad

Rhors paire, Rhooorrrrrrr… Rhooorrrrrr…. Pfffgrrrrrrrpfff… Rhâââââââ … ça illustre à peu près les bruits du René au réveil… Impressionnant !

Ca(bo)sseur ou plutôt cabosseuse de guzzi… voir en dessous, là… oui, où ça fait mal à l’amour propre.

Ynvétéré... Sacré cambrousse peuplée de « bouseux » au cerveau dérangé. Pas eu le temps de vous raconter qu’à ma sortie « test » de samedi soir, j’ai croisé un paysan qui me regardait fixement passer et à qui, bêtement (poliment ?! des fois c’est un pléonasme), j’allais adresser un salut de la tête : ce con m’a menacé de sa fourche au moment où je le croisais… Il avait dû être traumatisé le matin même par quelque 14 perturbateurs de sa si belle, verte et calme prairie. Ambiance « rustique et champêtre » qu’il disait l’office du tourisme Wink

Noye son chagrin tout en faisant la touriste.
Une petite parenthèse pour évoquer ma frayeur. Moto garée sur un « pierrier » en dévers (non, non, je n’exagère qu’à peine-à petit peu !). Ils osent appeler ça un parking ! même les 4 roues serraient les fesses pour s’en sortir ! Avec Yosh, entre la crêpe et le café, on se moquait à voir les pôvres manœuvrer comme des tanches… ça m’apprendra !
Bref, après que de (heu… deux !) bonnes âmes m’aient facilité la tache (merci à Gromono et Glotton sans qui j’y serai encore !), au moment de partir je redresse vaillamment la belle sans m’assurer qu’à angle droit, mes DEUX pieds posent par terre. Le droit na rencontré que le vide, c’était la culbute assurée avec 250 kg de siège éjectable.
Et comme le ridicule ne tue pas, je me rappelle avoir fait mon plus beau sourire à un motard qui regardait la guzzi avec envie (enfin, je crois) juste avant de donner mon coup de hanche assassin (non Yosh, pas celui-là !) et à qui je dois un grand merci pour m’avoir aidé à la redresser.
L’épaule qui bizarrement ne me fait pas souffrir à moto (comme quoi j’aurais pu rouler samedi !) me fiche à peu près la paix. Et les petits bobos sur la belle seront réparés au fil des retombées sonnantes et trébuchantes… Y’a pas le feu au lac.

Photo 158_resize le bagage de Cendrillon
 
La V11

Organisant Organisateur, organe et ta sœur, hors gars ni tâteur… Non, il ne m’inspire pas celui-là…

In moment de grâce inespéré, la nuit tombée : aller chercher LE repère de réception au bout du chemin pour capter les nouvelles du dehors… Et subitement réaliser que le site est exceptionnel : il suffit de lever les yeux… un ciel illuminé d’étoiles de mille couleurs et quelques comètes filantes, le temps d’un vœu.
A quelques pas, le brouhaha d’une bande de motards qui pour peu que l’on se prenne au jeu, savent vous farcir la tête d’histoires de vieux baroudeurs, et à qui l’on pardonne les quelques dérapages de langage volontairement incontrôlés, entre la prune et … la prune.

Stage... il va bien falloir se lancer. J’y songe depuis quelques temps. Mais cette fois en milieu sécurisé. Une matinée pour commencer ? Je donnerai des news à celles et ceux qui seraient intéressé/es (indice : Xavier Brichet à Carole, je crois bien qu’il y a un Prowlo qui connaît déjà)

Es-Quercy. Je ne sais pas si je remettrai ça un jour, les grandes virées n’étant pas ma tasse de thé, mais je dois dire que l’aventure valait d’être vécue. Merci David Laughing

Une dernière pensée pour Laboul et So. J’espère que la clavicule se remettra vite, qu’accessoirement la moto redeviendra synonyme de plaisir et que vous serez des nôtres à l’occasion d’une prochaine bitu-bouffe Smile


 

_________________
Les Animateurs


Dernière édition par Les Animateurs le 20 Aoû 2006, 18:38; édité 4 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 20 Aoû 2006, 13:03    Sujet du message: Répondre en citant

Yosh
 
Mon CR

Mercredi 24 mai, 5 heures du mat. Ca fait déjà un moment que je joue la crêpe dans mon pieu malgré mon couchage tardif (1h). La faute à l’excitation du départ pour la quercynoise, la faute aussi à un semblant de trouille puisque je n’ai pour ainsi dire pas roulé de l’année, du moins pas plus de 200 bornes d’affilée et quasi toujours en milieu urbain. Voilà aussi plusieurs jours que je n’ai pas vraiment dormi plus de 5 ou 6 heures (trop de fêtes) et la journée s’annonce humide pour couronner le tout.
Je devais partir à 6 heures mais je décide de devancer l’appel. Je jette un œil dehors, il pleut comme vache qui pisse, que du bonheur !
J’enfile le cuir resté cantonné dans l’armoire depuis la dernière édition de la quercynoise (une moule, cette année, je vous dis), j’entasse mon bric à brac dans mes sacoches, j’embrasse ma chérie à moitié endormie dans le cou (c’est là que ça sent le meilleur, surtout au petit matin) en lui promettant de revenir en un seul morceau dimanche, je sors sous la pluie, j’ajuste le calebar (très important, ça) et j’enfourche le Charles de Gaulle.

Bison futé avait peut être vu juste, mais à 5h30 du mat, départ en week end prolongé ou pas, il n’y a pas bésef de monde sur la route, sauf de la morue déçue et du kéké de banlieue aviné à la sortie du Pacha Club à Louveciennes et à l’entrée de l’A13 500 mètres plus loin où la maréchaussée fait son classique petit contrôle de sortie de boite.
Je prends la flotte jusqu’à Rambouillet et ne verrai mon premier rayon de soleil qu’après Brive.
N’en déplaise aux puristes, j’enquille l’autoroute (chemin le plus cour et surtout le plus rapide) à une vitesse de croisière de 130 km/h. Il fait gris et froid. Le jet présentant un large écran rendant l’acoustique très agréable, je chante mon répertoire pour me tenir compagnie, ma rengaine préférée, à cette heure matinale, étant « le Chasseur », ceci dit, point d’oies sauvages ni de vol de perdreaux pour m’accompagner dans cette envolée lyrique.
Au premier plein je me sens un peu décrassé. D’ailleurs, je ne suis en rien fatigué, je décide donc d’avoiner directement à une allure plus soutenue, 150 km/h. J’ai juste oublié un détail : Le CDG a un cx de moissonneuse batteuse et le large pare brise n’arrange rien à l’affaire même s’il fait merveille sous la pluie et dans le vent (rien ne saurait perturber la trajectoire du 6C et le ronronnement du flat six, j’ai le cul au sec et j’y vois clair). Bilan, je passe en réserve à 150 km (le réservoir du CDG fait pourtant 20 litres, j’ai même cru à une fuite….) et un arrêt à une pompe que je me désespérai de voir arriver (c’est très long 25 bornes à 90 km/h en priant Sainte Consommation) me confirmera que dans ces conditions, la bête suce plus de 11 litres au 100, il est donc temps de devenir raisonnable…..
Je me calme donc le reste du voyage qui s’achève à Montcuq que j’atteins à 11h30 puisque je profite de l’occasion pour déjeuner chez mes parents et voir quelques amis.
Une bouffe pantagruélique arrosée d’un Madiran 1996 de toute beauté + quelques à cotés chez mes potes, je reprends la route, lesté d’un bocal de pruneaux à l’eau de vie, en sens inverse vers 17 heures pour Théminettes, le bled où je suis censé trouver « le mas de Couderc », le gîte dégotté par BD.
 
Photo 034_resize Yosh explique
 
Yosh

Comme je suis légèrement au radar, j’estime qu’il est temps de tester en moto mon GPS qui m’emmène à bon port par des routes sympa, premiers virolos et premières angoisses, je ne me sens pas en confiance, je manque vraiment d’entraînement.
Au dernier croisement avant Théminettes, je vois une sorte de « chevalier Grolandais » avec un sac sur le dos sur un R1 gris, c’est Ninou qui débarque d’Espagne, pas plus fatigué que ça.
Après avoir un peu galéré dans le village, je tombe sur un autochtone qui, sans doute par solidarité avec le conducteur d’engin agricole que je suis, me propose de suivre son tracteur pour me conduire à destination.
Arrivé enfin à bon port, je retrouve les 7 nains dont Grincheux (on l’aura reconnu sans peine) qui après s’être tapé un après midi de bricolage pour rendre la bécane de BD utilisable, s’occupe à présent de celle de Kara qui vient de faire un séjour au sol pour cause de béquillage hasardeux. Tout cela ne faisant que confirmer ce que tout le monde sait : les Italiennes, ce n’est vraiment pas fiable.
JP nous gratifie d’une arrivée en caisse dont il a le secret (il a déjà fait fort à Saint Céré en s’arrêtant dans le mur du garage du cousin de BD), accompagné d’Hoël qui sortira de la bagnole encore plus blanc qu’au naturel en marmonnant une flopé d’injures que la décence m’interdit de répéter ici.

Première soirée dédiée au canard : Magret grillé et patates rissolées à l’ail.
Nous apprenons que Cécile ne sera pas des nôtres sur les routes du Lot pour cause de petit Jésus dans la crèche, il semblerait donc qu’AK ait enfin réussi une trajectoire correcte…..
Je découvre les charmes de Laboul, ce qui veut dire que je deviens rapidement sourd et qu’il me vient des envies de baillonnage…
Je me couche relativement tôt (0h30) et partage ma chambre avec Gromono qui égayera mon sommeil de ronflements pires que les miens ponctués de petits cris genre agneau qu’on égorge, de crises de toux et de raclement de gorges glavioteux.

Premier jour de roulage.

Il fait gris et il bruine. Comme le circuit prévu nous emmène dans l’extrême Nord du Lot et en Corrèze (appelé le « pays vert », ce n’est pas pour rien), je me dis qu’on va en prendre plein la gueule.
Je prends en charge le groupe des touristes qui se délitera en milieu de matinée, une partie de ses membres ralliant directement Rocamadour pour cause d’overdose de pluie. Je note que toutes les filles ont choisi de partir avec moi, probablement parce que j’ouvre la route et que ma position de conduite sur le CDG et son guidon « grand large » permettent à mes phérormones de biker de faire rêver la gisquette en maraude. Mais halte là, mesdames, vos jolis minois et vos corps de rêve ne saurons perturber le conducteur de bus que je suis, mes pensées vont à ma chérie qui telle Pénélope attend le retour de son puissant Ulysse….. ;-p)
Je découvre les talents de pilote d’Hoël qui m’impressionne au guidon de son RS. Malgré des trajectoires un peu « limites » (il faut dire qu’avec les exemples familiaux qu’il a, il ne fallait pas s’attendre à autre chose non plus), une entrée en virage trop rapide (ce qui lui vaudra le sermon de Père JP, un spécialiste du sujet – nota : ne pas rouler derrière JP en entrée de virage), il restera aux avant postes, s’offrant même le plaisir d’ouvrir le groupe pendant une partie de la balade. Le reste du temps, il sera accroché à mes basques, étant à cette occasion témoin privilégié d’une sucette de toute beauté du CDG causée par une ouverture des gaz trop franche sur sol humide.

Nous arrivons à Rocamadour pour déjeuner.
BD est déjà là. Il a pris une rêche dans sa spéciale fétiche et est assez énervé parce que, pourtant « il n’attaquait pas » et, tout bien considéré, ce n’est peut être pas plus mal (mais bon, ça c’est moi qui le pense).
La RSV est en morceaux chez son garagiste de cousin.
Le groupe des fondus est en retard. Le portable sonne et la mauvaise nouvelle tombe, Laboul s’est croûté sévère. La 12R est défoncée et le pilote paraît mal en point. Evacué à l’hôpital de Figeac, il s’en tire avec une fracture de la clavicule, quelques point de suture, le moral en berne et, plus chiant, une chérie qu’il va falloir prévenir en douceur et qui (il faut la garder, Laboul, il n’y en a plus des comme ça), sautera derechef dans sa caisse pour jouer la « french doctor » de MSF sans même flanquer une paire de baffes à son inconscient de bonhomme. Une crème la Sophie.

A la sortie du parking du restau, Cendrillon nous fait une très brillante démonstration du maniement d’un Guzzi à l’arrêt et tombe dans un dévers de castine. Pas l’idéal pour la peinture et encore moins pour l’épaule qui ressort un rien mâchée du choc. Cendrillon est énervée, on la comprend.
Retard sur le programme + coup de blues = trajet très pépère tous ensemble l’après midi, au sec heureusement.
On fait le plein dans un Leclerc. La 748 de JP perd sa béquille et tombe. C’est la loi des séries, un vendredi 2X13.
On rentre tranquillement au gîte pour l’apéro. Laboul est là, il a retrouvé des couleurs et un semblant de verve même s’il est clair qui en chie des copeaux. On remarquera l’excellence de ses protections qui lui ont évité de perdre des doigts de pieds et d’avoir la rotule en bouillie.

Soirée canard et pinard (merci René pour le château Eugénie)

Photo 020_resize c'est pas un paysage c'est le jardin du gite
 
Autour du gîte

Deuxième jour de roulage.
J’ouvre un œil : IL FAIT BEAU !!!!!!!

Aujourd’hui, je me fais plaisir sur des routes que j’aime.
J’embarque le groupe des touristes direction Montcuq par la vallée du Lot. Pause café à Saint Circq, pause photo à Cahors pour le pont Valentré et explication en règle sur la spéciale Cahors – Montcuq où Gromono prend la direction des opérations. Il faut dire qu’il commence à avoir envie de lâcher la cavalerie du bandit et qu’il se fait plaisir. Moi aussi d’ailleurs puisque je reste au contact (la mauvaise foi caractérisée du motard poussera Olivier à dire qu’il me gardait dans ses rétro au cas où il y aurait eu un changement de direction), malgré tout.
Nous arrivons à Montcuq où mes parents nous accueillent façon goûter d’anniversaire (on reste toujours « le petit » de sa maman, c’est bien connu)
Apéro au resto où nous retrouvons les arsouilleurs et AK qui s’angoisse. Il faut dire que BD a taxé du CB de Cécile qu’il a peur de devoir changer les suspensions et faire un réalésage de retour sur Marseille… ;-p)
BD et JP arrivent enfin, et c’est à l’ombre d’un soleil de plomb que nous dégustons du canard sous toutes ses formes (magret, confit, gésier….), le cuir commence à devenir un peu étroit…
L’après midi sera des plus agréables. Nous roulons sur de la belle route à un rythme soutenu mais permettant à René et à sa BM de rester au contact du groupe et de la croupe d’Angel qu’il garde en visu (petit coquin, ce René).
Retour au Gîte vers 20h30, crevé, dégoulinant de transpiration, mais heureux.

Dernière soirée tranquille où nous faisons une entorse à notre régime (saucisses).

Je me lève tôt et décanille à 6h30 direction Paris, atteint à 11h30 sans aucune fatigue.
Je gare la bécane devant la casa, la porte s’ouvre, Charlotte, ma femme, est là, un large sourire illumine son visage, Louise, mon aînée saute de joie en criant, Margot, ma cadette me montre qu’elle a appris à faire bravo avec ses mains, une image classique du bonheur qui est le mien.

Cette seconde quercynoise m’aura permis d’en savoir plus sur vous, les amigos
• BD est capable de rouler dans sa spéciale sans attaquer. Avec un résultat qui revient au même……
• Ninou porte des slips genre « brésiliens »
• Glotte se fait mettre de la crème parfumée sur le crâne
• AK roule bien en 9R, mais uniquement sur le sec (lopette, va….)
• Laboul parle beaucoup, mais boit encore plus
• Karadaf porte des chaussons de sa grand-mère
• On pourrait croire que rené porte une perruque, et bien non !! Ce sont ses vrais cheveux !!!
• JP commande ses jeans taille haute par internet chez le tailleur de Chirac avec une option « diffusion de flatulences nauséabondes ». Et en plus, il se fait payer des pleins….
• Gromono arrive à dormir dans des positions incroyables
• Hoël baratine sa copine
• Maco n’oublie pas la femme sous la motarde (Aubade ??? Victoria Secret ???)
• Angel ne va pas jusqu’au bout des choses
• Cécile a, selon sa grand-mère, mauvais caractère, mais franchement, je ne vois pas quand. (Dis nous, qu’elle n’est pas parfaite, AK)
• Cendrillon est capable d’être de mauvaise humeur. Si, si, je vous jure, elle m’a incendié pour un oubli de clignotant, mais bon, c’était après sa gamelle, alors bon…….

Voilà, bon vent et merci à tous……
 
Les phrases de la Quercynoise 2006 :
"Je ne comprends pas, je n'attaquais pas" (BD)
"Je ne comprends pas, ça devait passer" (LABBOUL)
"Je ne comprends pas, j'avais béquillé sur du plat (KARA)
"Je ne comprends pas, je croyais avoir les jambes plus longues" (CENDRILLON)
"Je ne comprends pas, j'avais vérifié ce boulon (JP)


Ninou
 

Mercredi:

 

La Quercynoise 2006 est là! Je vais en profiter pour aller voir mes parents à Bordeaux et faire le trajet en 2 fois. C'est donc le mercredi matin que je quitte Madrid, direction Bordeaux.

 

La moto a reçu deux pneus neufs la veille mais exhibe encore sa plaque originelle de Californie. Je suis bien allé à "Tráfico" la veille pour obtenir la plaque espagnole définitive mais il ne pouvait me la donner que lendemain. Pas le temps d'attendre et je prends donc le risque de rouler ainsi. Le risque de tomber de nouveau sur un barrage de police destiné aux motos me paraît bien faible, surtout un jour sur semaine.

 

Comme toujours, je m'étais promis de partir tôt, vers 8h, et je ne décolle que vers 10h30...

 

Difficile d'échapper aux 80 Km d'autoroute pour sortir de Madrid et aller jusqu'à Guadalajara. Ensuite petites routes, direction Jadraque puis Almazán et enfin Soria. La route est bonne, alternant sections viroleuses et parties plus roulantes, notamment avant d'arriver à Almazán. Il n'y a pas de trafic (je dépasse 2 voiture et 3 camions en 150 Km). Il fait beau et bon. Les coquelicots, genêts et autres fleurs printanières continuent d'égayer la campagne espagnole. Celle-ci est encore bien verte, notamment grâce aux champs de céréales en herbe mais on devine aux collines environnantes qu'elle prendra bientôt sa couleur dorée caractéristique du climat estival aride du plateau central espagnol.

 

La nationale entre Soria et Logroño est un véritable délice. On se croirait dans les Pyrénées et la route serpente sans fin pour relier la Rioja á la Navarre.

 

Après ça, les 90 km qui me séparent de Pampelune sont moins amusants car ils se font en grande partie sur autoroute. Sur ma carte Michelin de 1999 il s'agissait d'une nationale, apparemment sympa, mais elle s'est largement transformée entre temps en autoroute.

 

Heureusement, en sortant de Pampelune je vais attaquer les Pyrénées et les passerais par Saint Jean Pied de Port. Les routes sont bien meilleures du côté espagnol que du côté français, sans compter qu'il y a aussi beaucoup moins de trafic.

Après Saint Jean Pied de Port, je prends la direction de Cambo les Bains, puis de Bayonne. Voilà, j'ai traversé les Pyrénées une soixantaine de kilomètres plus à l'ouest que l'année dernière et cette fois-ci au sec!

 

À Bayonne, je prends l'autoroute/route pour automobiles qui me mènera à Bordeaux. Autant tirer au plus court pour traverser les Landes et le sud de la Gironde, les routes alternatives tirant désespérément droit dans cette région à la topographie typiquement plane.

Malgré le tracé ennuyeusement rectiligne de la route j'ai toujours plaisir à traverser cette immense forêt de pins, surtout quand elle est baignée de soleil et exhale son entêtante senteur. Cela réveille toujours en moi les souvenirs et émotions de ma jeunesse sur cette côte Atlantique sauvage et démesurée.

 

Il est 18h lorsque j'arrive chez mes parents, après 800 km. Le temps de mettre la moto au garage et je peux goûter au repos que m'offre cette soirée paisible et la matinée suivante.

 

Photo 168_resize Ninou a aussi :  des poils ailleurs que sur la tête

Ninou

 

Jeudi:

 

La liaison entre Bordeaux et le gîte pour la Quercynoise ne compte que 300 Km, 360 si j'arrive tôt et que je veux faire un peu de rab.

 

En fait je ne décollerai que vers 14h30 de chez mes parents. Le ciel est couvert, contrairement á ce qu'avait prévu la météo.

 

La première partie du trajet est ennuyeuse, la traversée des vignobles se faisant sur le mode de la ligne droite et des agglomérations fréquentes. La Dordogne offre ensuite un profil plus joueur mais il y a quand même pas mal de trafic en ce jour férié.

 

Il n'est pas loin de 18h lorsque j'arrive à Saint-Céré et je décide de rallier directement le gîte plutôt que de faire les 60 Km de détours (ou de recos sauvages) que j'avais prévus si j'étais arrivé tôt. Je me fais tout de même plaisir entre St Céré et Théminettes.

 

Alors que j'arrive à l'intersection avec la nationale je vois arriver sur celle-ci Yosh, toujours aussi altier et reconnaissable sur son paquebot. Arrêté au stop, je lui fais un grand bonjour qu'il me rend. Il tourne á droite sur la petite route qui mène à Théminettes et je lui emboîte la roue après avoir traversé la nationale. Je pense qu'il va s'arrêter sur le bord de la route pour qu'on se salue un peu mieux. Que nenni! Il met direct gros gaz! Enfin, tout est relatif hein...

Arf! La Quercynoise n’a pas encore commencé que ça commence déjà! Bon, je fais parler les chevaux et le passe. Et c'est là qu'il me reconnaît enfin! Car il ne m'avait pas reconnu le bougre!

Donc, je note que quand Yosh ne connaît pas un motard, il met gros gaz... Il est joueur ce Yosh... Quoique, à la réflexion, je suis sûr qu'il aurait fait pareil s'il m'avait reconnu.

 

Arrivé à Théminettes il s'agit de trouver le gîte, sans adresse, dans ce dédale de petites routes et chemins vicinaux. Alors que je m'arrête pour demander à quelques locaux, il la joue perso et continue sans m'attendre, faisant confiance à son GPS. Je le vois faire demi-tour au loin et nous finissons par tourner sur la même route. Je m'arrête pour demander à un autre local. Celui-ci me met sur la bonne voie. Je fais demi-tour pour aller chercher Yosh mais celui-ci m'ignore, préférant écouter son GPS et les locaux qu'il a choisis... et qui l'envoient à l'opposé! Bon, tant pis pour lui! Il finira quand même bien par trouver! Tout de même je note que j'ai pourri Yosh en navigation, malgré son GPS.

 

J'arrive au gîte au bout d'un tout petit chemin herbeux et gravillonneux. En arrivant il me semble apercevoir l'arrière de la Buse de BB du coin de l'oeil, mais le pot d'échappement noir attire mon attention. Je me dis qu'il n'est pas venu pour rigoler le BB et qu'il a mis des pots carbone position haute sur la buse! Mais non! En fait en regardant de nouveau la moto je reconnais un Guzzi. C'est la moto de Cendrillon. En fait j'apprendrai peu après que BB ne viendrait pas à cause d'un dos récalcitrant.

 

Là se trouvent aussi la Raptor et le Tuono de Maco et Glotton. La 748 de JP est sur sa remorque, de même que la RS et la Buell de Hoel et Biquette, heu, Angel. Il y a là aussi la superbique(tte?) de Kara qui semble faire l'objet de beaucoup d'attentions. En fait, elle vient de tomber à l'arrêt et il s'agit d'énumérer et réparer les petits bobos. Kara dans sa quête de bichonnage avait décidé de mettre sa moto sous un abri, qui offrait certes un toit protecteur mais aussi un sol pierreux qui aurait difficilement être plus inégal. Résultat, un béquillage aléatoire et une chute à l'arrêt quelques instants plus tard.

Comme quoi, le mieux est souvent l'ennemi du bien. Enfin, bon, pas trop de bobos et Kara pourra rouler sans problèmes.

 

Je salue les bitumeurs présents. Les autres sont en train d'aider BD à remettre sa RSV en état pour le lendemain, au garage du cousin de celui-ci. Car il faut vous dire qu'on a eu droit à du grand BD lors de la pré Quercynoise! Que dis-je! Du BD d'anthologie! Le BD, il n’a pas pu résister. Il a fallu qu'il essaye de pourrir une Audi Quattro dans sa spéciale de St Céré - Sousceyrac. Et pour faire les choses bien, il a voulu le pourrir avec la voiture et la moto à la fois! Trop fort le BD! Il fait parler les chevaux dans une ligne droite et 2 virages plus loin il avait changé de véhicule! D'une voiture tractant une remorque porte moto, il avait une voiture tractant une moto porte remorque! Trop fort le BD!

 

Bref, pendant que quelques-uns continuent à s'affairer sur la RSV porte remorque je salue ceux qui sont au gîte.

Je fais enfin connaissance de Cendrillon toute fière de sa moto belle comme... heu... un camion? (Aïe! Pas la tête!  ).

 

Je revois avec plaisir René qui est venu avec sa vénérable BMW alors qu'il nous menaçait d'une mystérieuse italienne au pédigré de compétition.

 

C'est avec tout autant de plaisir que je salue Gromono venu avec sa nouvelle monture, une bandit 1200. Il s'est fatigué de l'asthmatique et a cédé à l'appel du watt.

 

 Kara, je l'avais rencontré l'année dernière alors qu'il était en mission à Madrid. Cette fois je fais aussi connaissance de sa plus belle conquête. Arf! J'ai merdé! Je mets quoi là: Angel ou la 998 R ?

Bon, en attendant, c'est la 998 R qui est l'objet de toutes ses attentions. C'est que ça se bichonne du poussif poussé au summum pour approcher des perfs d'une sportive japonaise de base.

 

La Buell de Angel est toujours sur la remorque, ce qui donne à l'attelage un air agricole qui ne dépare pas avec les anciennes charrues et autres herses qui donnent son cachet rustique au gîte.

 

À côté de la Buell se trouve la 125 RS de Hoel. Tant qu'elle est là elle nous enfume pas (au propre hein, faudrait voir à pas déconner non plus!  )

 

Sur une autre remorque, trône la 748 R(ats) de JP. Je ne l'ai vue qu'une fois avec son carénage cette pauvre moto! Pas de patate et pas de carénage, ça fait beaucoup pour une seule moto! Manquerait plus qu'elle n'ait pas de béquille en plus!

 

Hoel et JP ne sont pas là, ils font partie de ceux qui bossent sur la moto du BD. Ceux qui sont là et bien là par contre c'est Maco et Glotton. Leurs bécanes sont rangées côte à côte, impeccables. Une même définition suffit à décrire les 2: du poussif avec rétro et clignos de kéké.

Plus précisément nous avons la Raptor 1000 de Maco, qui a l'air d'un véritable jouet et la Tuono du Glotton qui sort 135 ch raclés au fond des tiroirs et qui est d'une fiabilité sans faille (pour peu qu'on ne pousse pas les rapports  ).

 

Photo 080_resize les meules

Un bout de R1

 

J'aide à décharger les motos d'Angel et de Hoel.

 

JP arrive bientôt avec Hoel dans la polomobile. Nous l'aidons à décharger la 748 et il nous gratifiera d'un sketch en essayant de béquiller sa moto de façon encore plus instable que Kara.

 

Puis c'est au tour de Excuse King et de la toujours charmante Cécile d'arriver, respectivement sur le ZX-9R qui a toujours quelque chose qui empêche son pailote de l'exploiter à fond (heureusement pour nous, dirait AK  ) et sur la vaillante CB 500 qui prouvera de nouveau cette vaillance lors de cette Quercynoise.

 

Un broaaaa broaaaa ne tarde pas à annoncer l'arrivée de l'organisateur. BD arrive avec sa RSV rafistolée et prête à en découdre sur ses terres. Avec lui est Laboul sur son monstre de puissance qu'est la ZX 12-R. Nous sommes donc au complet!

 

BD a bien fait les choses. Les courses ont été faites et nous permettront un petit apéro bien agréable suivi d'un repas qui le sera tout autant, même pour moi qui suis végétarien. La salade composée est délicieuse et les patates (ce dont manque la moto de JP  ) sautées à l'ail divines. Je me place tout près de Laboul pour le repas. Funeste erreur! Je ne croyais pas que des comme Sud il pouvait y en avoir d'autres... Comme je me trompais!

 

L'ambiance est de suite bitumeuse. Ça chambre, ça se moque, ça vanne... bref, on rigole bien.

 

À l'apéro Cécile nous avait annoncé qu'elle ne roulerait pas avec nous parce qu'elle attend un heureux événement! Inutile de dire qu'on en profite pour chambrer AK encore plus que d'habitude. En feuilletant le catalogue pour lequel ils ont tous les 2 posé on prend même les paris pour savoir qui est le papa en voyant les différents gars qui prennent Cécile par la taille au hasard des photos.

 

La soirée se prolonge autour de différents digestifs. Certains vont déjà se coucher et une partie de lits musicaux va s'ensuivre, à l'issue de laquelle je déciderai de m'exiler dans le couloir pour ne pas avoir à dormir dans la même chambre que des ronfleurs. Avec 1000 bornes de route à me taper le dimanche, je n'ai pas envie de passer de nuits blanches. Avec l'aide de mes bouchons d'oreilles ça se révèlera un pari gagnant et je dormirai relativement bien lors de ces 3 nuits passées au gîte.

 

La soirée est fraîche et le feu de cheminée est bien agréable. Dehors le ciel est constellé d'étoiles, ce qui est de bon augure pour le lendemain, et en accord avec les prévisions météo. Il est bien agréable ce gîte perdu au milieu de la campagne lotoise. Quel calme, quelle sérénité, seulement troublée par la gouaille de la bande de joyeux motards qui ont fait de cet endroit leur repaire pour cette Quercynoise. Mais petit à petit, les rires et éclats de voix s'estompent au fur et à mesure que les bitumeurs se retirent pour goûter à un repos bien mérité. Il est temps d'aller se coucher pour moi. Le silence nocturne environnant finit par se refermer sur le gîte, en même temps que les dernières braises finissent de rougeoyer.

 

À suivre...




_________________
Les Animateurs


Dernière édition par Les Animateurs le 20 Aoû 2006, 18:42; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 20 Aoû 2006, 13:06    Sujet du message: Répondre en citant

748R
 
Le 24
16h00, à la bourre, je récupère ma seconde jante avant qui sort de la peinture, j'y fais monter un pneu neuf car celui qui est en place sur la moto ne fera pas tout le périple prévus dans le Massif Central.
Je finis de préparer mes p'tites affaires, la caisse est chargée, la moto sur la remorque, tout baigne, demain, je n'ai qu'à accrocher la remorque à la PoloMobile, et GAAZZZZZ.

Le 25
Grâce aux RB que m'a imprimé Garfield, j'arrive sans encombres à Théminettes, puis avec l'appuis logistique du BD (une de mes Hot Lines préférées quand elle répond) qui m'indique la direction à prendre pour rejoindre le gîte, je me retrouve sur la route qui y mène : l'herbe pousse sur la route, pas de doute, je suis sur le bon chemin, quelque part au fin fond du Quercy profond.
C'est pile poil dans le Timing à 17h00 que je débarque, tout étonné de ne pas avoir 2 heures de retard comme d'habitude.
Quelques uns sont déjà là. Mais j'ai pas le temps de dire bonjour que "mes compétances en mécanique" (hé oui, moi, chuis Païlote ET Mécanicien,  vous saviez pas, je vous rassure, moi non plus, je savais pas !) sont réclamées à St Céré afin d'aider à finir le remontage de l'épave roulante du BD. Les copains y sont depuis 14h00, il est temps de prendre un peu la relève.
20h00, c'est bouclé, rapide test routier, la RSV pourra se vautrer de l'autre coté le lendemain, sans problème. PÔv RSV et pÔv, BD, s'il y en a 2 qui connaissent bien les Lois des séries, hein ... Notez, je connais pas mal moi non plus.

Photo 040_resize JiPé est pété de rire

748R

Le 26
Comme je l'ai dis, "cette année, je roule cool", c'est donc avec le groupe des touristes que je prends la route. Touss'pass'bien au moins dans notre groupe jusqu'à l'heure du déjeuner où comme on le sait, l'hécatombe a frappé dès le matin, et ne cessera de s'acharner sur nous jusque vers la fin de la balade où, Loi des Séries oblige, le boulon qui fait office d'axe de la béquille de la 748 rendra l'âme devant une pompe à essence ... et POF, naturellement.
Bref, entre la pluie le matin et la Loi des Séries toute la journée, nous avons tous hâte de rentrer pour l'apéro. Heureusement, David n'est pas du genre à négliger ce genre de détails, ni la bouffe, et jusque dans la plus totale adversité, nous aurons l'occasion de constater qu'il aura assuré jusqu'à ses ultimes limites, repoussant toujours plus loin, la frontière de l'impossible.
Un peu comme Hulk ...
Henri Guillaumet a dit une fois, suite à une des ses aventures : "Ce que j'ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l'aurait fait". Ben moi, je vous le dis, DB qui tient plus de la bête que de l'humain, coté bouffe, il le fait.
En effet, assisté d'un surprenant Glotton derrière les fournaux,  de nos filles, les plus belles et les plus adorables de l'UNIVERS (et je pèse mes mots), nous avons eu droit à 2 jours totalement pantagruéliques. Du canard à en veux-tu, en voilà, les patates à l'ail, du riz AU CHOIX (n'est-ce pas Cécile ?!!) nature OU au cantal, des desserts dignes de la table d'un enfoiré de Président de la République : Fondue de fruits au chococo, gateau au chococo, bref ... J'me demande parfois si les Quercynoises ne vallent pas plus pour ce qu'on y bouffe que par les routes à la con qu'on peut parfois y trouver, ou pour les conditions atmosphériques qu'on y rencontre, qui me font penser que si on n'a pas pu prendre des vacances d'hiver, on peut toujours se rattraper dans le Quercy au milieu du printemps. Pruneaux à l'eau de vie sur le gâteau : l'agricole à la fin des repas pour pousser l'ensemble. Le tout dans une bonne humeur OBLIGATOIRE (c'est le règlement, aprés, y en a qui disent que le règlement sert à rien !).
C'est donc rassasié et bien heureux que j'entame cette seconde nuit,  tout blotti contre mon trés confortable David qui aime, je le sais, le contact de mon petit corps de moineau contre son imposante carcasse.
 
Photo 023_resize Ducati version topless, version bottomless
 
La 748

Le 27
09h00, un peu de mécanique pour changer. En effet, sans béquille, la 748 ne tient pas trés bien debout, déjà qu'avec une béquille, c'est pas évident ... Donc, direction le garage du cousin avec  BD à St Céré à la recherche du boulon qui sauve. Pis pas que du boulon : en s'affalant la veille, le sélecteur de vitesse s'est un peu tordu et touche le cadre si bien que passer la 2° relève du parcours du combattant. Comme si ça ne suffisait pas, en arrivant dans le garage, je pose la moto contre un "truc" et casse un clignoteur.
DONC :
- Pause du boulon qui va bien (et longtemps, espérons le ...).
- Dépose du sélecteur de vitesse, détordage à l'étau et à la barre, ça marche ... reposage du sélecteur.
- Soudage du cligno.
11h00, GAAZZZZZZZZZZ pour rejoindre les autres à table qui vont tout bouffer notre portion si on n'arrive pas dans les temps. Visiblement, le BD se régale avec la CB500, lors d'un plein, nous nous prenons d'ailleurs à rêver de nous voir tous en CB500 tapées de la mort qui tue, écumant les bitumes de France et de Navarre.
Mais c'est pas l'tout, on a encore une demi-heure de route pour rejoindre les copains, si on peut faire ça en 25 minutes, voire en 20 minutes, ce sera encore mieux.
Et on arrive enfin dans les temps, suite à un bref, mais intense "parcours de liaison" qu'était pas dégueu, au demeurant.
 
L'aprés midi, parcours avec les touristes, Le Grossac en profite pour faire des exercices, les filles enroulent sur un bon rythme, Gromono commence à apprécier son Bandit, Yosh, impérial sur le Charles de Gaules ouvre la route, même pas besoin de regarder le Road Book. Je finis d'user mon pneu avant tout en profitant de temps en temps de quelques virages sympathiques. Dans des bouts droits, des fois, un p'tit con me double "gaz à fond" en position "limande de base" sur sa p'tite balle grise, il faut bien que jeunesse se passe, n'empèche, en attendant qu'elle passe, je sens que quelques "anciens" vont souffir, p't'être moi en tout premier lieu. AHHH,  je déteste vraiment les jeunes ...
Rentré au Gîte, apéro, bouffe, voir ci dessus. Notre Laboul, un peu chiffon, bouge moins les bras en causant, mais il semble reprendre du poil de la bête (non pas des poils de Ninou, voyons !).
 
Le 28
Ben CONG, c'est déjà fini !!
Je pars en dernier en même temps que David, le Grossac et Romono aprés un dernier épisode relativement épique qui consiste à charger le 12R dans la caisse de René.
Pour moi, l'aventure continue, direction Orcival, puis Saint Amans les Clots pour 2 autres jours de roulages avec des copains Ducatistes.
 
Content de vous avoir tous revu, quand Brassens le disait : "les copains d'abord", il avait bien raison, y a que ça de vrai.
 
A trés bientôt, souhaitons le.

Une pensée pour l'ami Bracam qui n'a pas pu être des notres, je pense qu'on peut lui dédier cette Quercynoise, lui qui n'a loupé que fort peu de nos sorties "nationales".

Angleking
 
Quercy 2006.
 
Nous partons mercredi soir, Cécile et moi,  apres le taf. Les motos sont chargées et révisées (comprendre "vidanger",  je precise pour ceux qui roulent en italienne),  et meme embellie pour la petite CB avec sa nouvelle coque arriere et tete de fourche. Reste ce foutu pilot power avant sur ma 9R  qui ne m'inspire guere confiance. Nous prenons la direction d'Alès (30) pour passer la nuit chez mes parents.
 
Les choses sérieuses commencent dès jeudi où nous attaquons la fameuse corniche des Cévennes pour rejoindre Rodez et son autoroute viroleuse. Nous roulons tranquillement et je cale la 9R en 6e et enroule les virages, histoire de verifier qu'à bas régime , on a tendance à élargir les virages Wink ... Mais çà passe ! (note pour Ninou; je n'ai jamais débordé sur la voie opposée,  'faut pas déconner non plus ... )
Peu apres Figeac Cécile prend le commandement, face à mon rythme lent chercheur de la petite route menant à Theminettes. Nous trouvons apres avoir passer un coup de fil à BD.
 
Quelques bitumeurs sont déjà presents et afféré à reparer la ducati de Kara. Bref du classique ! Reparer une ducati .. mouarf ... Ca fait du bien de revoir les anciennes têtes et d'en connaitre des nouvelles !
 
Reperage des lieux, installation dans la chambre apres avoir virer les affaires d'un squateur franco-americain-espagnol (par respect pour cette personne indélicate,  je tairais son identité),  apero et bouffe avec toute la bande au complet !
 
BD nous commente le road-book et semble inquiet du peu d'ecoute que nous lui témoignons. Il ne se laisse pas demonter et continue à commenter. Et meme qu'on pas eu droit au "schhla/schla" de l'an dernier, du sérieux le BD ...  Ou alors moi-aussi j'ai pas trop ecouté Wink .

Photo 042_resize Yosh y dit que des conneries

AngleKing

Le lendemain. Ciel gris et pluvieux.  Jipé hesite à prendre la route et me demande si j'y vais (me précisant que c'est pas un temps à mettre un marseillais dehors). Je me décide à y aller mais avec la moto adéquate : la CB 500 ! Des pneux de 1.000 km,  des pneux fins, une puissance modeste,  un grand guidon,  un poids limité : bref largement de quoi s'amuser meme sur routes mouillées !
BD semble nettement moins à l'aise que moi et me laissera passer sur sa spéciale. je double et pars seul.. enfin pas tout à fait, seul un irreductible en grosse cylindrée tentera de me suivre... Travers au freinage, glisse à l'acceleration, je m'eclate comme un p'tit fou avec la petite honda au gros bruit,  là où, avec le 9R  je me serais fait + peur que plaisir. Alors que je ralentis et m'arrete dans le 1er village rencontré, histoire d'attendre le reste de la troupe,  Ninou en profite lachement pour me doubler et prendre le commandement. (- 40 points et/ou 1 heure de pénalité) OK ,  on attendra les autres plus loin. je lui emboite le pas et suis tranquillement là où lui semble forcer (héhé) ... Un croisement, nous stoppons et coupons les moteurs...  Glotton nous rejoind et nous annonce la chute de BD. (BT20+route mouillée+demultiplication courte sur une 1000 RSV=> glisse du cul) Un local nous propose son aide et nous invitera à boire un café chez lui... Pas n'importe quel local car cette homme tres sympa  roule en ZRX (noir et or.. ah le chacal) et s'apprete à participer à son 3e moto tour.. L'an dernier il a fini 33e , ce qui laisse imaginer ces qualités au guidon ... En ZRX  en + ... Y a pas, on est tombé sur un vrai passionnéé ;  preparation de sa belle: ligne complete akra, alfano, paire d'amorto ohlins, visseries freinés et j'en passe .. Du beau boulot, chapeaux l'artiste ! Apres cette pause sympathique,  nous repartons vers des contrés plus seches. nous decidons d'ecourter le road-book histoire de rejoindre l'autre groupe au resto de Rocamadour. Les routes sont viroleuses et sèches,  Glotton ouvre la route, suivi de Laboul,  moi, Ninou et Kara.  Au detour d'un virage,  je vois Laboul glissé et la 12r s'engouffré dans le fossé pour finir au milieu de la route. 1/2 tour pour eviter le sur-accident, appel des pompiers et secours pour Laboul. Grosse frayeur pour moi (et Laboul, forcement) etant aux "1eres loges".
Apres que les pompiers est amené Laboul nous partons avec Glotton rejoindre les autres au resto tandis que Ninou et Kara attendent la depaneuse. L'occasion pour moi d'apprecier le peu de watt du tuono , le CB cruisant derriere à mi-regime ....

Photo 027_resize AK est venu avec ses poubelles

La ZX9R

Resto sympa et cadre touristique, vu sur Rocamadour. Tout le monde repart ensemble jusqu'à la prochaine station,  Yosh ouvre la route avec son F6C qui parait plus large qu'une caisse, d'ailleurs à ce sujet, ne pas louper l'imitation en statique de Glotton imitant Yosh sur son tank, c'est des + réaliste, manque le lievre au guidon ! Wink . L'occasion poour moi de rouler un peu derriere Maco et Pticon et sa 125 RS .. par contre tout comme la 748,  la RS manque de patate c'est flagrant.. Presque la meme difference entre le CB et la RS que la 748 avec la ZX9R... Pticon, fais-moi confiance et n'ecoute pas Jipé ; passe ton permis gros cube et prends-toi un 500 CB ou equivalent plutot que de taper le moteur de ton 125 (poussif et italien ou plutot poussif car italien) .
Arret à une station et la 748 nous refait le coup de la bequille. Trop de motos par  terre pour moi aujoud'hui,  je décide de rentrer avec Jipé, Cendrillon, et Legrossac.
 
2e jour de roulage. Je n'ai plus la CB mais le temps est de la partie. Cécile a prété la CB à BD , ce qui m'inquiete un peu je l'avoue, surtout apres que le re-looking esthetique qu'on (Nono et moi) lui avait fait la semaine derniere. BD s'eclate comme un p'tit fou avec le twin honda (note que je t'avais prévenu que c'etait un becane TRES sympa et qui de + est EXTREMEMENT  economique) tandis que moi je suis moins à l'aise, ayant peu dormi la nuit précédente et ayant une confiance + que modéré  à mon pneu avant.  Je fermerais le groupe + que je n'attaquerais, tant pis,  je montrerais la supériorité de ma 9R  une autre fois...  475 km de ptites routes viroleuses et défoncée parfois auront réussi à m'epuiser et je ne tarderais pas à trouver le sommeil à la nuit tombée ... Wink
 
Excellente quercynoise qui aurait evidement etait meilleur si on avait evité les chutes (une pensé pour toi Laboul, soigne-toi bien)  et bravo à notre grand organisateur pour toute la logistique et les road-book ...
 
Au plaisir de tous vous revoir l'an prochain (et meme avant d'ailleurs si c'est possible) ... Et en esperant que pour le quercynoise 2007 , y ait un peu + de marseillais ! Wink


 

_________________
Les Animateurs


Dernière édition par Les Animateurs le 20 Aoû 2006, 18:27; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 20 Aoû 2006, 13:15    Sujet du message: Répondre en citant

Laboul
 
Salut à tous,

Désolé pour le délai dans le retour sur le net mais j'étais parti me ''regrouper'' comme dirait JP en Limousin et là bas le ternet il est amené par les corbeaux (non pas Glotton...) donc pas facile...

Je vais pas faire de Cr puisque pour ma part le séjour dans le quercy fut assez court on va dire... mais bon je tiens tout de même à remercier tout le monde pour sa gentillesse et son soutien...

Merci spécial au BD qui nous avait trouvé un gîte super sympa et de la bouffe au top (ah le Cantal j'en ai un souvenir ému!!!)

Merci aussi à Glotton pour sa diplomatie et sa gentillesse au téléphone avec So dans le rôle très difficile du mec qui annonce à une femme que son mec s'est bourré comme un gros steack, qu'il va à l'hosto mais que tout va bien pas de souci, il ronflera encore pendant quelques années...

Merci à Ninou et AK pour avoir fait la sécu et pour le soutien de tous les instants...

Merci à AK et cécile pour nous avoir prété leur lit (ainsi qu'à tous les autres qui ont vu leur couchage chamboulé...) en catatrophe afin de permettre au gros nez à la clavicule en vrac de dormir...

Merci à René et Gromono pour le transport de la moto jusqu'à Paname malgré le temps perdu, les bouchons, les désagréments, le dos en vrac et j'en passe...

Merci enfin à tous les autres que je n'ai pas cité pour leur bonne humeur, leur soutien moral et tout et tout...

Photo 047_resize Laboul

Laboul

Je suis pas très doué pour les remerciement alors çà fait un peu pompeux je vous demande de bien vouloir m'excuser mais c'est vraiment sincère...

So est plus calme à présent, un peu anxieuse maintennat que j'ai récupéré la moto; amis, bon de toute façon je suis pas près d'en refaire et il faut surtout que je me remette en question parce que c'est pas en vivant sur des souvenirs vieux de 15 ans qu'on le reste justement vivant...

Il faut que j'apprenne à me tempérer à changer et à admettre que je suis plus capable de faire ce que je faisais, que j'en ai plus les capacités ni même le mental... Je crois que je suis devenu vieux!!! ;o) et c'est pas une question d'âge mais d'état d'esprit comme disait Mac Arthur pour ceux qui connaissent...

Je vous remercie encore tous, vous souhaite de faire gaffe sur la route et attention à vous c'est le plus important et en profite pour féliciter les futurs parents AK (qui au passage roule vraiment très propre et franchement super bien - surtout si on compare à 3/4 ans en arrière!!! ;o)  et Cécile la pauvre qui n'aura même pas pu en profiter réellement...

Laboul jevaisbientoutvabien...maisçàiramieuxdemain...


Millepanic
 
Bon enfin je vous ai retrouvé. C'est que ca deménage le Quercy!!!
 
Cette année, ce fut différent pour moi, à défaut de noir/blanc noir/blanc, j'ai pu enfin visiter la région qui est magnifique. Cendrillon a eu la gentillesse de m'accompagner une journée.
 
De plus, le gite était magnifique, ainsi que les environs et le jardin avec ses transats.

Photo 150_resize Millepanic

Millepanic

Un bon long week end farniente, donc, où j'ai quand même pu profiter le soir des bitumeurs. Ca m'a fait énormément plaisir de revoir des bouilles connues et d'en rencontrer de nouvelles.

 
Un grand merci à Big Dave pour l'organisation annuelle de la Quercynoise.
 
Biz à toutes et à tous.
 
A l'année prochaine pour vous montrer comment marche une moto...

 
 
 

Des Photos dans l'Album

Photo 089_resize les meules
 
 
 

_________________
Les Animateurs
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les souvenirs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com