Se connecter pour vérifier ses messages privés   S'enregistrer   Connexion   FAQ   Rechercher
Les Bitumeurs Index du Forum Les Bitumeurs

L'Alpine III - Juillet 2003

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les souvenirs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 16 Jan 2006, 19:22    Sujet du message: L'Alpine III - Juillet 2003 Répondre en citant

 
 

L'ALPINE III

2,3,4,5 juillet 2003

Par 748R

 

Cette Alpine s'est déroulée autour d'Isola, le Village dans les Alpes du Sud, Mimi plante le décor :

Isola, petit village, ancré dans ses traditions, possède un intéressant patrimoine architectural et religieux. Vous pourrez admirer, dans un moment d'égarement matidunal bien sûr,  le clocher roman de Saint Piere à trois étages (qui fait concurrence à la fusée Ariane, ils doutent de rien dans les Alpes du Sud...). Le moulin à céréales et le four à pain parlent des gestes d'autrefois (c'était mieux avant)...

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le village
 
 
 
 
Les paysages :
 
 
Parait qu'il y a des amateurs ...
 
 
...de paysages.
 
Bref, c'était Bôôôôôô !!!
 
 

Ont participé à cette Alpine :
 
Du Sud :
748R
Bill et Gab
AngleKing
Personne et Soane
 
De Partout :
Bernard Bracam et Francine
Jef.CH
 
Des Alpes
Etienne ST2
 
De la PR
BigDave
Kéros
Eric
 
 

Les CR

BIGDAVE ... ET LES PAYSAGES
("Ils furent somptueux ! ")
 
 
c'est bôôôôôôôôôôôôôôô, disions nous, ébahis, le temps de fumer la clope et de faire refroidir les moteurs.
 
pis après :
 
"allez, gazzzzzzzzzzzzzzzzzzz"
 
du beau bitume abrasif de la route Napoléon avé les piquets à tête rouge pour signaler les virages où il faut déhancher au bitume noir tout neuf sans marquage au sol un poil glissouillant, on a tout eu.
 
par moment je voyais un peu de vert au dessus du gris, y a même des endroits ou y avait des gros caillous tous rouges.
 
au dessus y avait parfois des petits villages incrustés dans les collines, mais fallait vraiment lever la tête (c'est haut les Alpes), et ça me faisait mal à la tête, de la lever...
 
Il paraît k'a un moment on pouvait voir la mer, mais moi j'ai pas vu, en fait le seul truc que je voyais c'était JP faisant corps avé la Ducat taillant les trajec telle une lame de rasoir. Et j'essayais de suivre, alors le paysage, c'est vraiment un truc accessoire qu'est là plus pour déconcentrer qu'autre chose...
 
Moi je dis que dans le sud, s'ils voulaient améliorer le paysage, ils devraient peindre les virages sur les côtés avec une alternance de bandelettes blanches et rouges, pis mettre des petits panneaux sur le côté avec écrit dessus 100, 50, 25, "trop tard !!!".
 
Ce que je me rappelle le plus dans les paysages, c'était les petits villages qu'on traversait, après un freinage tout au feeling (scruiiiiiiiiiiiiiiichhhhhhhhh) au panneau d'entrée du bled, passque nous les bitumeurs, on n'est pas des porcs, on traverse les villages à 50, pépère. Là on relève la visière, on prend des grosses bouffées d'air avant de remettre le nez dans la bulle, en apnée.
 
Voilà, faites pas chier avé les paysages, toute façon y aura des fotos, alors pourquoi en parler davantage.
 
Pour la petite histoire, le seul point de vue qu'avait prévu JP pour s'extasier, ben même les esthètes du convoi ont pas voulu y aller, alors moi JP je dis pourquoi se casser le bol, la prochaine fois on se contentera de faire plusieurs fois l'aller retour sur Isola 2000, comme ça tout le monde sera content, et on perdra pas du temps dans les parcours de liaison, hein ?
 
 
L'alpine session 03
de LES BITUMEURS DU SUD
 
à c't'heure ci je devrais être couché, mais bon, le CR ne sera pas chronologique mais évènementiel. Pour pas oublier, voici la liste des thèmes qui seront à développer :
 
- Les paysages (comptez-pas sur moi ni jp, et pis nous traitez pas de sagouins, avec l'angle qu'on a mis, hein ...)
- les endroits par où kon est passés (là non plus, moi du moment que ça tourne, c'est tout ce dont je me rappelle).
- la pingrerie des restaurateurs du coin
- le faste des repas du soir, avé l'ambiance qui va avec, la gentillesse et l'accueil du tôlier
- les hollandais en voiture
- les allemands en moto à pneus carrés
- les caisseux que bizarrement les derniers du convoi quiconiste sudiste voyaient serrés au maximum sur la droite, quasi à l'arrêt, limite une roue dans le fossé en se tapant la tête de l'index.
- les lagunas qui prennent les épingles en dérapage contrôlé (?)
- les arsouilles d'anthologie avec jipé, et BB en lièvre (avec ou sans passager)
- les chemins de chèvre
- les chèvres, vaches moutons et marmottes.
- les descentes de col en roue libre
- la descente hyper technique d'Isola 2000 (un vrai circuit...)
- les retours de la station essence (ça passe partout à donf ...)
- la vendeuse du tabac-épicerie
- les ballades nocturnes pédestres dans Isola
- les ballades nocturnes en Spazzio dans Isola
- le changement du cable d'accélérateur de la Voxan (ou comment improviser un tour avec une perceuse et une disqueuse)
- les ballades hyper bien timées respectant scrupuleusement le parcours prévu et sans jamais se pommer.
- les 3 gouttes de pluie
- les poids lourds italiens
- les routes pourries d'Italie
- les cours de déhanché du jipé
- les motards qu'on rencontre qui veulent pas jouer
- la Subaru taquine
- les bitumeuses en duo qui ont le coeur bien accroché
- les figures freestyle du JP
- Robert
- le pote à Bill qu'est venu en Harley air-huile
- le moto-stopeur
- les longues siestes de Philippe et Soane
- l'ambiance de chambrée du soir avec JP, critiques de journaux moto "en bois".
- les gendarmes et pompiers de montagne.
- le caisseux alsacien moraliste bien-pensant.
 
Bon, j'en oublie sûrement là, mais ça fait déjà des choses à dire ...
 
-BD


ANGLEKING
(oui c'est bien lui, matez l'angle )
 
Je reprends ici les differents points de BigDave et 'vais tâcher d'y apporter quelques commentaires (enfin ma vision des choses koi .. Wink )
 
- Les paysages (comptez-pas sur moi ni jp, et pis nous traitez pas de sagouins, avec l'angle qu'on a mis, hein ...)
 
>> Les paysages etaient grandioses mais si j'avoue de temps les avoir zappé moi aussi.  Les photos d'Etienne seront explicites (à propos des paysages) je pense .. Wink
 
- les endroits par où kon est passés (là non plus, moi du moment que ça tourne, c'est tout ce dont je me rappelle).
 
>> Là , j'avoue, ke sur ce coup je suis plûtot comme toi ! Surtout avec mon sens de l'orientation developpé ! lol  J'avais presque du mal à retrouver la station à coté d'Isola c'est dire.. Meme le camping .. Au fait,  Bill , un soir,  tu n'aurais pas loupé l'entré du camping  par hasard ? Wink
 
- la pingrerie des restaurateurs du coin
 
>> Là tout dépend de l'appétit du client... Pour ma part tout etait nikel.. Mention spéciale pour le  restaurant où Keros nous a mené ! Le service fut certes lent pour certain mais je me suis régalé ! Au fait, la serveuse aime-t-elle les twins français ?
 
- le faste des repas du soir, avé l'ambiance qui va avec, la gentillesse et l'accueil du tôlier
 
>> Là c'est dur  de commenter .. Ca se vit ce genre de chose ! On est tous d'accord, je crois, pour saluer la super sympathie et extreme gentillesse du taulier !
 
- les hollandais en voiture
 
>> La plaie de nos routes françaises !! Ya pas pire qu'un hollandais !! Ils prennent toute la route, prennent les virages à 2 à l'heure et se foutent au milieu de la route des kil ya le moindre bout droit de dépassement .. Vraiment TRES con ! Je comprends mieux le rituel de salutation d'un certain ducatiste ..Wink
 
- les allemands en moto à pneus carrés
 
>> Tout comme les hollandais , ils bouchonnent nos belles routes .. Mais avouez que c'est plaisant à doubler , nan  ? Wink
 
- les caisseux que bizarrement les derniers du convoi quiconiste sudiste voyaient serrés au maximum sur la droite, quasi à l'arrêt, limite une roue dans le fossé en se tapant la tête de l'index.
 
>> C'est vrai que, curieusement, les automobilistes (meme les zolandais , c'est dire) s'ecarter pour laisser passer les motos qui fermaient le convoi, je me demande bien pourquoi .. lol
 
- les lagunas qui prennent les épingles en dérapage contrôlé (?)
 
>> la dite laguna m'a croisé à une vitesse plutot élevé sur une route de col assez etroite.. elle faisait l'aspi à une R1 et etait suivi d'une autre sportive japonaise.. C'est quand meme limite dangereux (meme si maitrisé) sur ce genre de route, n'est ce pas BigDave ?
 
- les arsouilles d'anthologie avec jipé, et BB en lièvre (avec ou sans passager)
 
>>Là je me permettrais pas de commenter , je n'etais pas aux premieres loges ..
 
- les chemins de chèvre
 
>> ahhhhh le col de la lombarde .. J'en connais un qui se serait eclaté (Yvesg83 si tu nous regardes .. )
 
- les chèvres, vaches moutons et marmottes.
 
>> C'est booooooooo !! Meme s'il faut expliquer à chaque parisien le nom de chaque animal Smile)
 
- les descentes de col en roue libre
 
>> Tout ce que je dirais là dessus c'est que ... C'est JP qu'a perdu !!! Niark niark niark  Et que Jef , avec son Spazzio etait plutot bien classé ...
 
- la descente hyper technique d'Isola 2000 (un vrai circuit...)
 
>> Alors celle là je m'en souviendrais !!! En plus , je l'ai faite avc une moto hyper technique elle aussi (la 748)  .. Ca TOURNE  PAS !! Merde une epingle .. Merde une autre !! lol
 
- les retours de la station essence (ça passe partout à donf ...)
 
>> alors là je dis que c'est pas du jeu .. Passé 160 , ma moto devient flou et j'ai pas pu (trop) jouer avec vous .. A fond de 3 pour certain si je ne m'abuse..  Wink
 
- la vendeuse du tabac-épicerie
 
>> La sorte de pause Coca-Cola (fan de pub, bonsoir .. ) féminine  .. P'tit short, maxi decolleté un jour, mini jupe l'autre et le tout bien porté , ce qui ne gache rien ...
 
- les ballades nocturnes pédestres dans Isola
 
>> et 'L'art de faire marcher un JP plus de 20 metres" .. A coup de ruses (tout le monde s'y est mis) nous y sommes parvenus , non sans difficulté ...
 
- les ballades nocturnes en Spazzio dans Isola
 
>> Ou les courses improvisées avc copilotes en primes ! "Couple" Bernard (comme d'hab)/BigDave  vainqueur contre le "couple" Bill/JP .. Franches moments de rigolades ! Wink
 
- le changement du cable d'accélérateur de la Voxan (ou comment improviser un tour avec une perceuse et une disqueuse)
 
>> Ah la Voxan, kel machine !! Fo bien kel le  fasse payer , de temps à autres ... Cable d'accélerateur cassé, qu'à cela ne tienne , ya un vieux velo de jeté à la decharge là , Bernard se charge de récupérer le cable.. MERDEEE pas de serre cable ... Comment allons nous faire ? Il nous faut que quelqu'un aille en trouver un .. Il nous faut quelqu'un sachant piloter (travail dans l'urgence car il est pres de 19 h et tout le peu de magasin ouvert risquent de fermer), possedant une moto puissante et fiable  .. Vous vous doutez bien , une seule personne correspondait à ces criteres : MOI !! Wink C'est parti !! J'enfourche la ZRX et part à la traque du serre cable !! J'en degotte un à une station, mais ce serre cable à une sale gueule et ne convient pas, evidement .. Je reparts et me dirige vers le camping (ki entretient des VTT de location) et là je trouve notre bonheur !!  Un poil trop gros mais pas grave , l'habile Bernard improvisera un tour avec une perceuse et une disqueuse et .. Ca marche !!! BigDave veut essayer le truc  et c'est parti pour une monté vers Isola2000 avec la ZRX suiveuse au cas où ... Ben je confirme pour lui , il marche bien ce cable de GAZZZZ ! Wink
 
- les ballades hyper bien timées respectant scrupuleusement le parcours prévu et sans jamais se pommer.
 
>> là je dis JOKER .. G peur des represailles du chef .. C'est bo un chef faisait 1/2 tour dans une impasse et etroite ruelle, c'est boooooooooooo !! Wink
 
- les 3 gouttes de pluie
 
>> vraiment 3 gouttes , toutes chtites toutes chtites ..
 
- les poids lourds italiens
 
>> alors là ,  JP arretait à un feu passant au vert ... Les autrees moto demarrent  .. Lui range sa carte et .. concert de Klaxon  de plusieurs poids lourd .. Imaginez la scene : un petit bonhomme hissé sur une ducat' se faisait coller  et klaxonner par une horde de poids lourds !! Suréaliste !  .. En revanche en parlant de poids lourd, je me souviens d'un depassement entre un poids lourd et un car arrivant en face des + juste "ca passa ca passe .. " ..
 
- les routes pourries d'Italie
 
>> routes hyper glissantes, on comprends mieux désormais la facon de piloter de Valentino  .. Wink
 
- les cours de déhanché du jipé
 
>> un JP ca dehanche ? je n'ai pas assisté à ces cours .. Je dirais ke JP fait corps avec la moto. Wink
 
- les motards qu'on rencontre qui veulent pas jouer
 
>> on appelle ceux là aussi des allemands .. héhé
 
- la Subaru taquine
 
>> Yen a qui ont joué avec , ben moi , j'etais loin devant et la dite Subaru ne m'a pas rattrapé , héhé  ..
 
- les bitumeuses en duo qui ont le coeur bien accroché
 
>> Speciales dédicaces à Francine et Gabriel .. ainsi qu'à Soane dans le col de "je c plus le nom"
 
- les figures freestyle du JP
 
>> ou comment saluer un ami hollandais ..
 
- Robert
 
>> Notre ami des travaux  ..
 
- le pote à Bill qu'est venu en Harley air-huile
 
>> un pote niçois à Bill nous rejoind avec son antique air/huile, une tchtache qui ne trahie pas ses origines sudistes, sympa  et fan de Harley (nul n'est parfait Wink )
 
- le moto-stopeur
 
>> Où  kan JP s'arrete pour faire decouvrir le confort d'une ducatiste à un djeun motostoppeur .. Chai po pourkoi mais je suis pas sûr kil reprendra un casque lorsqu'il fera du stop ..lol
 
- les longues siestes de Philippe et Soane
 
>>                                                    ******CENSURE******
 
- l'ambiance de chambrée du soir avec JP, critiques de journaux moto "en bois".
 
>> J'y ai pas assisté mais j'imagine tres bien .. Smile)
 
- les gendarmes et pompiers de montagne
 
>> D'anthologie ! Ou " le non-stress des montagnards" .. Etienne appelle les urgences et tombent sur la gendarmerie avec un p'tit jeune au commande.. Il le fera patienter un bon moment avant de savoir comment faire et d'appeller les pompiers ... Arrive sur place 2 pompiers en land rover, ils debarquent avc un gros sac avc tout leurs matos , JP lance " Deja que je suis blessé, vous croyez pas que je vais porter ce gros sac en +  .. " Les hostilités sont lancées ! lol Arrivent ensuite nos 2 gendarmes (tout aussi sympa que les pompiers) ... Avant qu'il n'arrive, JP nous briefe "Deconnez pas les gars , c'est un HOLLANDAIS qui m'a poussé, vous etes tous témoins .. " lol  .. A la question "vous avez bu ?"  Jp " Pas plus que d'habitude , un litre de vin tout au plus .. " lol  Scene comique également lors du souflage dans le ballon , JP pretextant manqué d'air à cause de l'altitude .. lol Voici enfin le DUCATO qui ramenera notre JP .. Les pompiers en 4x4 partent , les gendarmes font de meme, nous, attendons la depaneuse pour la ducat' .. et .. Les pompiers ont oubliés leurs mega sac avc tout le matos !!! MDR  .. Sur  ce les gendarmes repassent devant nous et embarquent le sac  .. ils repartent .. Les pompiers en 4x4 reviennet pour reprendre le sac .. On leur explique que ce sont les gendarmes qui l'ont .. et  ils se croisent .. S'arretent et tape la discut' au milieu de la route pendant que les automobilistes patientent gentillemnt derriere eux .. D'anthologie , je vous le dis moi .. Wink
 
- le caisseux alsacien moraliste bien-pensant.
 
>> le gars s'arrete pour faire la morale à JP pretextant ke les motards roulent trop vite patati patata .. La femme du couple parisien  s'etant arrété pour nous aider, l'enverra gentillement chier et en lui disant tout simplement de se barrer  ... Vraiment sympa ce couple !!


748R
(Une dernière avant la petite glissade)
 
L'Alpine 2003, une bonne cuvée, à l'égal des précédentes.
 
Des virolos, de la bonne humeur (toujours chez les Bitumeurs, pas vrai Mack ..?).
L'hotel sympa avec les hotes qui vont bien.
 
Comme toujours, je suis assez incapable de relater un day by day et je remercie David pour son résumé, chaque point évoquant pour moi le (les) souvenir (s) qui vont avec.
 
Développer une ligne de sont exposé, c'est balancer deux pages de texte à chaque coup  et il y en a des plus doués que moi pour cet exercice.
 
A noter : La Hayabusa est une moto de nain !
Je me suis assis dessus, je touche les pieds par terre comme avec la mienne, étonnant. A l'arrêt, le sentiment de "grosse moto" disparait, ne subsiste que le poids que l'on sent un peu, étonnant.
 
Jef a fait l' Alpine en Spazzio, hé oui !
Donc c'est possible, quand on le dit que chacun roule à son rythme hé hé ...
 
A propos de Spazio, j'évoquerai simplement ma 1° "course descente en roue libre" avec Jef qui restera impérissable dans mon souvenir, peut-être parce que ce fut la seule que je parvins à gagner sur le fil au prix d'une lutte acharnée avec un Spazio déchainé.
 
Pour l'autre course, j'ai été littéralement déposé par un HayaMachin qui trichait, coupait les virages, ne freinait jamais, un VoxTruc qui trichait aussi en s'aidant des pieds pour relancer en sortie d'épingle et TOUJOURS ce Spazio de merde qui me mettait un boulevard dans les lignes droites.
 
Bref, cette Alpine fut pour moi l'occasion de grandes joies et de cruelles déceptions, comme vous pouvez le voir, mais c'est la dure loi des Bitumeurs, un groupe à la discipline de fer, aux principes en béton, comme on le sait.
 
Ah Robert, si tu m'regarde ...
Sacré Robert !
A bientôt pour d'autres aventures.


BILL et GAB
"Putain d'alpine , on s'est bien marré Wink)))"
 
 
des virolos , des potes , des bonnes bouffes , des payasages (euhh pas pour tout le monde ) des parisiens pas venus pour jouer les figurants , un suisse pilote de chasse , un autre chauffeur de bus , les marseillais à l'arsouille sauf un sage qui fermait la route , et un grenoblois qui mine de rien est dur a decoller (bizz à Mimi au passage) .
 
merci a tous pour votre sympathie et votre bonne humeur qui ont fait de cette semaine un moment inoubliable , et bravo aux  passageres , non copilotes , pour leur sourire.
 
Le camping extra propre , a recommander , le resto-hotel super sympa , et le soleil du sud.
 
Au plaisir de vous revoir en attendant rouler cool et soyez prudents
 
Un merci tout particulier a JP d'avoir organisé tout ca, en esperant qu'il se remette rapidement (tu organises des sorties moto, pas de sorties de route bordel Wink)))
 
V V
 
Bill
 
 
Nous sommes bien arrivés excuser un peu le retard
ke dire de ce sejour ke  c'etait mega top , entre le jp et le david ki se tiraient la bourre de longue ,   entre philippe et soane entrain de se pourrir tout le long du trajet  tu vas trop vite pas assez vite enfin le bronx mdrrrrrrrrrrrrrr l jef qui c'est eclaté en descente libre et ki a mis la patté à jp , avec son scoot  enfin plein de bon delire dont je m en souviendrais , a quand la prochaine .......
J e voulais aussi vous remercie a tous de l'accueil ke vous m'avez attribué , merci encore pour ce sejour d'enfer de joie et de bonne humeur
je vous bizzz a tous
jp bon retablissemnt je pense bien fort a toi 
 
un oubli je bise mon homme
 
gab

ANGLEKING
(AK aime le Rouge, c'est incontestable)
 
Le jour J du grand départ est enfin arrivé. J'ai chargé la moto la veille, ai bien sanglé tout le pactage sur la selle et sur le petit porte paquet (pour une fois qu'il me sert à quelque chose), le gros sac dépasse un peu derrière mais çà ira bien. J'ai juste la place de poser mes fesses entre le reservoir et le sac. Le sac me sert de dosseret full tourisme, façon goldwing (merde une honda..). Je rejoinds JP qui est déjà présent à la station. Lui, voyage ultra light, juste un petit sac à dos arrimé sur la selle arriere du 748. J'en reviens pas de l'état de propreté de la jante arrière, surprenant .. Wink. Nous voilà parti pour Barjols afin d'y retrouver Bill & Gab'.  Je sens, dès les 1ers km, que le gros sac ne va finalement pas accroître le confort de ma superbe (héhé) ZRX. Je ne peux pas bouger sur la selle et sens que la moto a des réactions bizarres en courbe, le mode "tourisme" s'impose. JP m'attendra quelques fois dans les morceaux de lignes droites. Arrivés à Barjols, nous voyons Bill et Gab' nous rejoindre. Quel arrimage !! Casé une tente + tout le bordel , à 2 sur une 900 CBR , RESPECT ! Meme avec 2 petits gabarits... Chaque cm2 de la CBR est exploité, impressionnant ! Nous prenons la route  et rejoignons Personne et Soane, qui ont pour l'occasion pris une seule moto (enfin "moto" .. ). Nous attaquons la route des gorges du Verdon, je maudis au passage un HOLLANDAIS, qui etait au milieu de la route  au moment où je le double avec un  cycliste venant en face, petite frayeur et CON d'hollandais, m'enfin c'est passé ! Wink Evidement celà devait arriver, ca sera la seule fois lors de notre periple, le méga orage est là !! On aborde les gorges du verdon sous des trombes d'eau et il n'est pas question de péter un chrono dans de tels circonstances. Bill et Gab' trouvent un trou pour s'abriter, on s'arrete et .. La pluie d'arrete !! On est trempé, évidemment .. A Castellane la pause repas s'impose. Nous quittons Castellane pour attaquer les choses sérieuses et atteindre Isola. A une vingtaine de km d'Isola, nous tombons sur des travaux, avec un joli panneau annonçant la couleur "Possibilité d'attende : 20 mn" .. Mouarf !! A voir la file de voiture, çà doit faire un petit moment que certains attendent ! En bons motards nous remontons les files jusqu'au feu. Nous coupons les moteurs. 2 gars des travaux , s'occupent de gérer la circulation en fonction des consignes transmises dans leurs talkie Walky. C'est là que nous ferons la "connaissance" de Robert et apprendrons que c'est à cause de lui et de son "rabotage"  que nous resterons bloquées là 20 mn. Inutiles de préciser que les commentaires des Bitumeurs marseillais sont allés bon train sur le dit "Robert" ...  J'ai meme cru un moment que JP allait s'emparer du Talkie Walkie (j'ai comme un doute de l'orthographe, m'enfin). Aux alentours de 18h, nous voilà sur Isola. Un bonjour rapide à Francine et Bernard,  BigDave, Jeff, Etienne et Eric, et Gab&Bill et moi rejoignons le camping. Super accueil, camping ultra propre, le temps du montage de la tente est là ! Je précise que ma tente est neuve et que c'est ma 1ere expérience du camping. Je me rassure en me disant que Bill doit avoir l'habitude du camping mais lui aussi m'avouera "débuter"... Ouppsss, comment que çà se monte c'truc ? Voyons ce que dit la notice ... Et pendant ce temps là, la tente de Bill&Gab' est montée ... Bill me pretera main forte , sinon autant si je serais encors Wink . Nous rejoingons nos amis "hoteliers" pour le repas du soir où la bonne humeur est au rendez vous. Apres le repas une visite du village s'impose, on dû user de 1.000 stratagemes pour reussir  à faire déplacer JP .. A PIED !  vi vi , à pied.. A coup de " tiens ya un bar là bas me semble t il .." on lui fera traversait tout le village , héhé... Certes il a bien ralé un peu ..lol
 
1er jour :
 
Apres une nuit relativement courte (1ere nuit dans la tente, les amateurs comprendront), l'Alpine peut "véritablement" commencer. Etape de 300 km pour debuter les hostilités, héhé... JP ouvre la route suvie deBigDave et twin français. Nous nous dirigeons vers Castellane par la route Napoléon où Kéros doit nous rejoindre. La route Napoléon est un véritable circuit. J'emboite le pas à Etienne, apres avoir doublé Bill&Gab qui ont tombé le rythme... Il roule bien cet Etienne avec son italienne (vi vi je sais, 85 chevaux, vi vi des chevaux italiens, je sais Wink ) .. Nous traversons un endroit embrasé où les pompiers au bord de la route tentent d'etiendre ce début dincendie... Je ralentis pour regarder  le feu sur l'autre coté de la montagne et Etienne prend le large, je le rattraperais plus. Je passe sur l'E.T. de la moto, le "Mack" suisse si vous préferez, le cas Bernard Bracam..D'ailleurs Bernard ton ampoule feu stop est grillée , koi koi, tu freines pas ?  Wink .. Qu'est-ce qu'elle tourne cette hayabusa ..  Mention spéciale egalement pour notre 2e suisse et son 250 Spazio qui arrivait toujours avant nous aux étapes (en partant avant nous, certes, mais bon quand meme) . A Castelanne, Keros et son 650 SVS nous rejoinds. A urepas nous assisterons à une "mini" scene entre Soane et Personne "Tu es trop lent.. " par ci  (en meme temps, en honda , forcément) "tu vas trop vite" par là ( là j'ai pas d'explication, une honda, çà me surprend... ). Apres Castelane, nous partons pour St André Des Alpes et Entrevaux. Petites routes bien viroleuses et toujours l'E.T. de la moto qui trace la route, et ca sera le cas tout le long de l'alpine. Trio de têtes, tjs les meme BB, 748R, et BigDave ... Avec des speciales d'Etienne et de Bill de temps à autre Wink Apres Villars sur Var , nous rentrons sur Isola,  bien fatigués ... Je rejoinds la compagnie pour le repas du soir et JP me tend les clés de son 748 pour une monté d'Isola à Isola2000 .. C'est parti !  Je commence par me tromper de route, pas grave me dis-je, 1/2 tour !! ARGGGGGGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH ca tourne pas, mais alors PAS DU TOUT ! J'ai bien failli me casser la gueule sur ce coup... J'imagine une éprevue de plateau avec cette engin, arf... Apres m'etre "habitué" au rayon de braquage ridicule de la 748, je pars à l'assaut du col d'isola2000.  Les epingles sont pas faciles à aborder, le chassis est ultra rigide, ca freine mais beaucoup moins de mordant que mes 6 pistons ZRXiens. Il pousse bien aussi ce p'tit moteur, sympa. Je redescends du col, totalement epuisé et me dde encors comment fait JP pour tourner toute la journée avec ce bout de bois ... Vraiment physique cette 748 !
 
 
2e jour
 
La 2e nuit s'est mieux déroulé sous la tente, j'ai dormi comme un loir. En forme pour attaquer les 340 km de l'étape du jour ! Si mes souvenirs sont exactes,  le col d'Allos sera un veritable régal et Personne reveillera son VTR  en laissant exprimer la puissance (enfin puissance, c'est du honda, je sais pas si c'est le mot approprié).. Je le suis , il roule derriere Etienne puis .. Le double ! J'imagine Etienne sous son casque entrain de penser " et si je prenais une honda ... " Wink Je me contenterais de suivre Etienne n'ayant pas la possibilité de le doubler "proprement... vi Etienne, Personne t'a doublé sur la puissance, je sais dans un bout de ligne droite..Smile))Nous prenons le reaps à Barcelonnette où JP fera le "menage " aupres de 2 motards belges afin qu'ils nous laissent la table.. Sacré JP ! Apres le repas nous abordons le col de la Cayolle où la vue , comme ailleurs, est superbe! (les photos parleront mieux que mes mots ).Au repas du soir, un pote niçois à Bill nous rejoind avec son antique air/huile (Samoht, si tu me lis .. Wink, une tchtache qui ne trahie pas ses origines sudistes, sympa ..Le soir, concours de Spazzio (scooter 250 honda, tres long, il pourrait y avoir ecrit "long vehicle" dessus, comme sur les semi remorques anglais, c'est dire..), Bill se lance le 1er , JP en copilote, c'est parti pour un tour du village ! Franchement ca valait le détour, pour reprendre les propos de Bill "2 tarlouzes se rendent en boite" , faut preciser que les 2 energumes etaient en pantalon cuir et sans cask .. lol ... une pointe à 79 pour eux..  Ensuite , c'est au tour de Bernard de prendre les commandes , et BigDave en copilote !  C'est parti !! Un joli 95 pour eux ! JP ne manquera pas de s'exprimer "TAFIOLLLLLEEEEEE" envers son pilote  ... Smile)
 
3e jour :
 
Bill&Gab nous ont quitté pour rejoindre Toulon en m'abandonnant,  me laissant seul dans ce grand camping froid...  lol .
Aujourd hui 323 km nous attende et nous quittons nos frontieres ! Italie !!!!!! Col de Turini nous voilà !  L'occasion d'un jeu (qu'il avait deja rodé la veille) pour le quatuor BidDave, 748R, Jef et BB => la descente en route libre !!!  Je les laisse à leurs jeux et descends le col , seul , loin devant (ben oui je suis en kawa poussive  donc LOIIIIIIIIINNNNNNN devant , héhé)  .. JP au p'tits jeu de la descente en roue libre se fait larguer , ce ki n'est pas pour lui plaire ... Etienne nous abandonnera en bas du col pour faire changer son pneu avant sur Nice. Nous prenons le repas sur Tende où le ciel se fait de plus en plus menaçant.. Nous echapperons à la pluie mais pas à la route mouillée, prudence de rigueur...Arrivé en Italie, me demandez pas pourquoi, les routes sont hyper glissantes !! Impressions ressenties par chacun, perte de la roue avant pour ma part, glisse des 2 roues pour Personne ... Nous rentrons par le col de la Lombarde, histoire de nous achever un peu + .. Routes etroites defoncées et epingles sont de mises ! Encors une fois la vue vaut le détour ... Meme vu un troupeau de vaches .. Vi vi les Parisiens c'etait des vaches et pas des moutons Smile) .. Nous retrouvons Isola par le col d'Isola2000, "piste" ultra technique, + facile en ZRX qu'en 748 Wink
 
4e jour :
 
Soane&Personne sont partis pour Martigues.  Petite étape pour nous aujourd hui , 257 km au programme ! Differents col encors au programme !! Le plus memorable pour moi, le col de Vars , revetement top et routes larges, et cerise sur le gateau l'occasion d'un joli depassement d'Etienne (c'est un peu poussif ces ducat' ... Vi vi 85 chevaux, je sais, héhé ) .. 1er depassement foiré, au moment de tombé un rapport, faux point mort !!! Etienne me colle  400 m dans la vue, ni une ni 2 , je remonte le temps perdu, tombe correctement le rapport et .. plus d'Etienne !! héhé  . Dans le col où j'ai zappé le nom JP nous fera un arret sur le flanc, avec les consequences que l'on connait... Cet incident n'a rien entamé de la bonne humeur légendaie de JP qui nous fera un festival lors de l'arrivé des pompiers et autres gendarmes, d'anthologie, je vous le dis moi .. Vous aviez qu'à etre là dabord , na ! Je vous raconterais pô !  La descente se fera tranquillement jusqu'à Isola, le temps de voir 5 marmottes pour ma part (8 pour Etienne) ... Paysages grandioses, vous imaginez bien ..
 
En résumé : QUE DU BONHEUR CETTE ALPINE !!!! Viendez les zotres la prochaie fois Wink
 
AK Kawa80's.


ETIENNE ST2
(Elles est pas belle ma moto Rouge ??)

MON CR de l'Alpine à moi

Comme les autres ne vous ont parlé des routes par lesquelles nous sommes passés, je vais en profiter pour le faire cela servira de road book pour ceux qui veulent.

Mardi 01 Juillet 2003, l'aller

Départ à 10h30, comme prévu ; il pleut ! merde ! enfilage de la combinaison de pluie et des surbottes quand le tel sonne, c'est David qui est au Puy, on doit se retrouver à Crest à 12h30. Jef et le Spazio atomique partent en direction d'Isola par la voir directe (Lus la Croix haute puis Gap). On essaiera de le retrouver plus tard…

RdV avec Bigdave à Crest (Drôme) pour faire la route ensemble. Coup de tel à 12h45 (j'attendais depuis 1/2 heure) : "je suis à Valence, mais je ne trouve pas la route de Crest !" ... 3/4 heures plus tard le bruit de la Voxan m'attire l'attention ; BD est arrivé. Le soleil aussi !

On mange ensemble et le départ est donné vers 14h30.

On roule cool (120 km/h) vers Gap en passant par le Col de Cabre, on s'échauffe.

Vers le barrage de Serre Ponçon BD en a marre de se traîner et met un peu de Gazzz ; arrêt clope/paysage en surplomb du lac quand soudain apparaît une moto qui nous semble familière ... Eric et sa Fazer, qui viennent de faire un arrêt pneu à Gap.

On fera route ensemble. C'est reparti vers Barcelonnette et le col de la Bonette (1er passage). Arrêt en cours de montée pour mettre un sweat et changer de gants car ça commence à cailler. Une pause au sommet, dans le vent et le froid, puis descente vers Isola.

Arrivée à Isola vers 18h30, tout le monde est arrivé sauf Keros (Oui Jef est arrivé). Repas sympas dans le restaurant de l'hôtel (BD, Bernard et Francine, Bill et Gab, JP, Personne et Soane, AK , Eric, Jef et moi-même). Pour digérer on part faire le tour du village à pieds ! oui à pieds, même JP !

Mercredi 02 Juillet 2003, échauffement

Grand beau temps.

On descend vers Nice et on en profite pour attendre 20 mn que les travaux en cours nous libèrent la route ; JP en profite pour prendre des nouvelles de Robert (le régulateur des travaux, qui les avait bloqués la veille déjà).

Direction Vence par Carros. A l'entrée de Carros une épingle serrée et un panneau "Vence", vers la gauche, mais personne ne nous attend (JP, Bill et BD sont devant). Tant pis, le road book indique "pause café" à Vence, on y va. Toujours personne (si il est avec nous, mais pas les autres) ; au passage Jef est déjà là. On fait un tour et on décide d'attendre à la sortie de Vence sur la route de Grasse. Message de JP "on s'attend à Vence" ! on y est déjà ! Je refait un tour gratuit au centre ville et miracle les voila. On est en retard, pas de pause café ! GAZZZZZZ (voir Bernard voler en rase motte sur l'Hayabusa est un spectacle à ne pas manquer) sur Castellane où on retrouvera Keros.

Repas à l'ombre et au moment de partir nous avons la visite d'une Buse allemande équipée d'un porte bagage maison en forme d'échafaudage et avec un top-case bleu et blanc (on dirait une glacière pour aller à la plage) ! Un goût !

Route Napoléon jusqu'à Villars sur Var pour la pause de l'après midi ; même pas le temps de se poser la question d'attendre Jef qu'il est déjà là ! Rageant !

Fin de la journée ; et si on rentrait par la petite route là ? OK ! 15 km de dignes de la Varoise où on se fera taxer par un môme en 50 TT !

Retour vers le camp de base, apéro, repas, café, discussion en terrasse, la routine quoi !

Jeudi 03 Juillet 2003, les choses sérieuses commencent !

Beau temps (toujours) ; Jef part en avance ...

Direction Valberg par le col de Couillole (où Philippe ira pisser sur le panneau pour laisser sa trace), puis Guillaumes (descente bien
_________________
Les Animateurs

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 16 Jan 2006, 19:23    Sujet du message: Répondre en citant


Au sommet du col les bitumeurs ont vu des chamois ! si !

Descente, gaz, mais pas pour tout le monde : JP, Jef, BD et BB sont en roue libre. Dans les enchaînements je n'arrive pas à suivre BB ! Vainqueur BB, dernier JP ! (oui Jef est devant JP).

Retour par Valberg, ce qui permettra à Personne de se rendre compte que même à deux sur la moto on pouvait mettre du gaz ! Pause à Valberg et descente par les magnifiques gorges du Cians.

Repas du soir à l'hôtel, comme d'hab… presque : car Bill a la visite d'un pote de Nice. Laurent, le pote, arrive sur une antique 750 GSXR première génération, en short et t-shirt, ce qui nous permet d'admirer ses tatouages (au fait, Carine, l'épicière a admiré aussi, c'est Michel le patron de l'hôtel qui me l'a dit avant de partir). Le repas sera animé par ses propos sur les harleys et les motos en général … quelle tchache !

Vendredi 04 Juillet 2003

Toujours beau temps... Bill et Gab sont rentrés, les pôvres…

Direction Saint Martin de Vésubie ; le road book indique un passage par Rimplas (merci Mappy) ce qui nous permet de faire du tourisme (c'est un cul de sac). Au passage JP s'aperçoit que sa plaque d'immatriculation est en train de se faire la malle. A Saint Martin de Vésubie on fait un arrêt technique dans un garage "à l'ancienne" pour tenter un réparation (on a bien vu que nous sommes sur le passage du rallye de Monte-Carlo).

Jef nous attend (encore !) à la Bollène Vésubie pour la pause café et commence à s'inquiéter de notre retard (45 mn sur l'horaire) ; pause café quand même. Il faut ça avant d'attaquer le célèbre col du Turini.

Un sacré tourniquet, qui va mettre à mal le stoïcisme de Francine. Au sommet je prend Francine en passager pour la descente cool vers Sospel. On se fait rattraper puis doubler par une Subaru Impreza locale ... on ne joue pas.

Arrivé à Sospel, mon pneu avant donne des signes d'usure prononcée et je décide de quitter le groupe pour aller le changer à Nice (40 km). Il est midi et je pourrai peut être les rattraper plus tard.

Arrivé à Nice je tourne au hasard, me renseigne dans une station service et trouve une grande concession Aprilia/Triumph ; ils vont sans doute pouvoir me dépanner. Je cherche un bar pour manger un bout ... sur la promenade des anglais 7,5 € le sandwich ! Je me rabat un peu à l'intérieur de la ville 3,5 € sandwich et coca ! ça va mieux.

14h00, le concessionnaire ouvre

  • moi : "bonjour, vous pourriez me dépanner et changer mon pneu avant ?".
  • le concessionnaire : "vous avez quoi comme moto ?"
  • moi : "la marque de la moto a une importance pour changer un pneu ?"
  • lui : "on est débordé, on a 17 motos à sortir pour ce soir, on peut rien faire"
  • moi : "vous pourriez m'indiquer une magasin Dafy, Cardy ou autre ?"
  • lui : "vous voulez bousiller votre jante ?"
  • moi : "?"
  • lui : "allez chez Ducati"
  • moi : "vous pouvez pas me dire où sont les autres magasins ...?"
  • lui : "..."

Bref direction le concessionnaire Ducati (30 mn plus tard) :

  • moi : "bonjour, vous pourriez me dépanner ?..."
  • lui : "allez à l'atelier à 20 m et demandez..."
  • moi (à l'atelier) : "bonjour ..."
  • lui : "je suis débordé, vous pourriez revenir dans une heure ?"
  • moi : "ben, je suis pas d'ici, mes copains m'attendent,..."
  • lui : "bon, rentrez la moto je la prend dans 10mn" ; "vous pouvez attendre au magasin il y a un salon avec des fauteuils et de la lecture"
  • moi : j'y vais, effectivement il y des piles de revues moto, 4 fauteuils et la secrétaire vient m'offrir un café et me dit de me servir si je veux de l'eau fraîche...
  • 3/4 heure plus tard la moto était prête ...

Retour sur Isola en roulant cool (pneu en rodage) et j'attrape une queue d'orage 10 km avant d'arriver. Ce sera les seules gouttes de la semaines à part celles du départ. J'attend les copains à la terrasse et les voila qui arrivent 20 mn plus tard.

Je cherche un volontaire pour m'accompagner pour terminer le rodage de mon pneu dans la montée d'Isola 2000. Bernard se sacrifie et en profite pour tester la Voxan. Petite montée sympathique, route large comme un circuit, des épingles des enchaînements des grande courbes, tout quoi ! Bernard s'en va devant, comme d'hab, et m'attend en haut. Au passage je me ferai un joli tout droit en arrivant à la station (une entrée de parking au milieu d'une épingle, on croirait que la route va tout droit ; Bernard m'avouera avoir fait de même).

Commentaire sur la Voxan, elle est dure de l'embrayage et de l'accélérateur ... Fais voir : je prend la poignée et la tourne ...cracccccccc plus d'accélérateur, le câble a lâché ! Descente en roue libre pour Bernard qui se payera le luxe de dépasser un voiture au passage !

Là commence une séance mémorable de réparation de Voxan :

  • Le patron de l'hôtel nous récupère un vieux vélo à la décharge
  • Bernard en extrait le câble de frein
  • Démontage de la poignée de gaz : le câble est tout effiloché et le plastique qui retient la boule du câble est en mauvaise forme
  • Recherche par AK d'un serre-câble
  • Le premier ne convient pas, il en trouve un deuxième au camping (ils louent des vélos et ont de quoi les réparer)
  • Adaptation du serre-câble à l'aide d'une perceuse et d'une disqueuse
  • Montage de l'ensemble …
  • Réglage
  • Et… Gaz vers Isola pour tester : ça marche !
  • Merci Bernard

Samedi 05 Juillet 2003, Jef, Personne et Soane s'en vont (snif)

Direction le col de la Bonete (2° passage) avec un arêt au sommet pour voir le paysage.

Café à Jausiers, on dit au revoir à Jef qui retourne vers sa Suisse natale retrouver sa petite famille.

Puis on va le lac de Serre-Ponçon par une route qui longe le lac … un régal ! BD en profitera pour améliorer son déhanchement (seyant !) et BB pour faire le zouave.

Repas au bord du Lac (sympa) et …

Gaz vers Guillestre pour la montée du col de Vars : Le Circuit ! (pour la montée, car la descente est bourrée de gravillons). Au bas du col discussion sur l'itinéraire, col de Larche et col de la Lombarde ou col de la Bonette ? Ce sera le col de la Bonette (3ème passage).

On y va cool, c'est la dernière montée de cette Alpine, et à 4 km du sommet … JP au tas ! Clavicule dans le sac. Aie !

Pas de signal sur les téléphones, je prend la moto et redescend vers la vallée (15 km plus bas). J'appelle les pompiers, OK on arrive, puis les gendarmes et je tombe sur un jeune qui me dit que c'est son premier jour et qu'il ne sait pas comment faire …

Pendant que je poirote en attendant que quelque chose se passe le SAMU me rappelle et me dis qu'ils envoient une ambulance. Quelques minutes passent et je vois monter un Land Rover de pompiers suivi un peu plus tard par le même, mais bleu (les gendarmes). Enfin l'ambulance arrive, s'arrête à mon niveau pour me demander des précisons puis reprend sa montée en faisant pin-pon !

Je remonte à mon tour, double l'ambulance et arrive au niveau de JP et de ses supporters (4ème montée pour moi). L'ambulance arrive, un DucatO rouge, ils emballent JP dans une civière gonflable et hop direction la vallée. Un peu plus tard arrive le dépanneur qui prend en charge la DucatI. En attendant on a eu droit à une scène entre les pompiers et les gendarmes en Land Rover qui se sont courus après pour retrouver un sac à dos avec le matériel de premier secours.

On rentre à Isola, le moral un peu en baisse, et lors du traditionnel pot du soir en terrasse, JP appelle pour dire qu'il sera rapatrié à Marseille le soir même et qu'il n'a rien d'autre que la clavicule cassée. Ouf, on respire mieux.

Dimanche 06 Juillet 2003, c'est fini il faut rentrer

Météo : beau temps

On se prépare, on prépare les motos et les bagages. On va partir, quand soudain… Crac : Eric par-terre ! il a oublié son U ! Pas de casse (merci les roulettes de protection).

Eric, BD ,BB et moi décidons de faire un bout de route ensemble. Direction le … col de la Bonette (5ème passage). A Jausiers on se sépare, Eric et BD d'un côté et BB et moi de l'autre.

On passe par le col de Vars, puis celui de l'Izoard dans lequel nous retrouvons entourés de vélos par centaines ! c'est le jour d'une classique cyclotouriste !

Repas à Briançon sur les remparts (sympa) et nous décidons de continuer ensemble par l'Italie et le col du Mont Cenis. Arrivé au pied du col, route barrée ! Déviation par une route de 10 km où deux voitures ne se croisent pas ; 10 km en première ! quelle chaleur !. Après le Mont Cenis, on se concerte, puis on va vers Bonneval sur Arc. Pause au bar et puis en route vers le col de l'Iseran.

Arrivé à Bourg Saint Maurice on se sépare enfin (re snif) et me voilà seul pour terminer la journvoilà, une Alpine de plus, une. A la prochaine ! (et à la Cévenole).

@+ Etienne

Ouf : arrivée à 19h45, 460 km et 7 cols depuis Isola.

Epilogue :

Lundi 07 juillet 2003, beau temps.

Je décide de rentrer à la maison en passant par le col du Galibier, ce sera le dernier de ce périple.

Et voilà, une Alpine de plus, une. A la prochaine ! (et à la Cévenole).

@+ Etienne



PERSONNE

"Bon, il faut que je m'y colle..."

Vous allez pas être déçu par mes fautes d'orthographe.... mais Soane va peut être me relire.....
 
Alors, départ mardi à 9h30 de la maison. Il fait super chaud pour ne pas dire lourd....
Et en effet, on se prend un putain d'orage à Aix.... On s'arrête à la station sur la monté de Sisteron, la côte était un vrai torrent....
Trempé, on s'arrête 20 mn....
Quand j'ai ouvert mon blouson, des chutes d'eau se sont produite.... Car mon blouson est étanche de l'interieur. quand l'eau rentre dedans, elle ne ressort plus... Le Top!!!!!
 
Aller!!!! on repart!!!!!
 
On a rendez-vous à Riez avec les autres à 11h50....(ça c'est de l'horaire)
On est pile poil à l'heure, mais pas les autres... On les attend 10 mn environ (font chier, merde!!!!)
La route fut superbe, car j'ai roulé tranquilement en évitant de secouer Soane et son sac sur le dos de plus de 25kg.... Elle a appréciée et m'a dit que j'etais le plus grand des pilotes.... (On ne rit pas....)
Enfin, on va à la rencontre des autres..... JP, AK, Boule, heu pardon, Bill et Gab....
Nous voila partis pour Castellane et on se prend la flotte dans les gorges.... je n'en menais pas large.... mais je me suis pas arrêter, pas comme certaines taffioles......
Arrivé à Castellane tout mouillé encore, on met nos affaires à secher sur la barrière ce qui nous vaudra d'être les seuls au resto.... (ça puait trop)
Keros devait nous rejoindre mais il est en retard (il se traine) et beaucoup trop loin de notre rendez vous, il restera dans les alentour de Gap et nous rejoindra pour le lendemain à Isola.....
La bouffe fut appréciée et on se reposa de nos 181 kms.....
 
Dépard du resto pour Isola.... Il pleut pas et le temps est beau..... il nous reste environ 200 bornes à faire.....
Tout se passe bien sur la route....
Arrivé à une trentaine de kms d'Isola, nous rencontrons des traveaux..... On remonte la file de voitures et j'apperçois le feu du chantier..... Quand j'arrive à la hauteur du feu et se met à glignoter...... Gazzzzzzzz!!!!!!!!!!!!! et là, j'entends..... HOOOOOOOO!!!!!!!!!!!! je freine et je me retourne...... Soane commence à m'engueuler..... Je vois le mec qui me fait signe de venir à sa hauteur, vraiment con ce mec et j'apprendrai plus tard, que BB s'est pris le chou aussi avec lui pour exactement la même manoeuvre que moi.....
Je dis au mec:
 
Quoi!!!!!!!!!! le feu clignote non!!!!!!?????????
 
Il me dit:
Rangez vous là, et Soane continue à m'engueuler, comme quoi j'ai grillé le feu.... et je lui explique à elle aussi que le feu clignotait..... BORDEL!!!!!!!!!
 
Bon, toujours est-il que l'on verra sa gueule de con pendant 20 mn environ.....
Bonjour l'acceuil des montagnards.....
 
Ca y est!!!!!!!!! il enléve sa barrière de merde et nous dis que l'on peu y aller....
 
GAZZZZZZZZZ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 
 
Arrivée à Isola, il y aura déja:
BB et sa femme et djef le tgv....
 
On se renifle et on se boit un coup ensemble.....
Puis on va poser nos affaires dans la chambre de luxe, car il n'était pas prévu que l'on ait les wc et la douche dedans......
Le pied quoi!!!!!!
Et dire, qu'il y en a qui font du camping..... Haaaa!!!! les cons!!!!!!!!!
 
La douche nous ayant bien remis sur pied, nous redescendimes voir les nouveaux arrivants......
BD, Etienne, Eric......
Le repas se fit vers les 20h30 que le tolier se demander vraiment si on allait  manger....
On est plus nombreux que prévu et certains penses qu'il va falloir en sacrifier quelques un.....
BD commence à faire la gueule, mais le tolier s'en sortira bien malgré les deux couverts en plus.....
Pendant le repas, la préparation psycologique commence....
On va mêtre Gazzzzzz, le Paysage on s'en fout...... on est pas là pour ça.....
Je vais tous vous pourrir......
On sent la pression monter......
On range les coutals au cas ou..........
On part se coucher en étant bien affuté pour le lendemain.....
Ca va saigner!!!!!!!!!
 
 
Je m'excuse, mais je n'ai pas le temps pour la suite de mon récit....
 
Je peux juste dire que c'était super.....
 
Le premier jours on a mis gaz comme des malades, que je commencais à faire la gueule ainsi que Soane.....
Parce que en duo c'est pas le top gaz à fond....
Le deuxième jours, super..... des routes qui me convenaient et j'ai pu montrer à certains que je savais rouler au cas ou ils en auraient douté....
Le troisieme jours et dernier pour nous, super paysages et des épingles en veux tu en voila.....
Le quatrième jours départ pour la maison, complétement fracassés Soane et moi.....
Globalement super sortie est surtout super ambiance.....
Mais comme vacances, vraiment fatiguant....
Je m'en suis pas encore remis.....
 
Personne13

KEROS
GAAAZZZZZ !!!
 
Mardi 1er Juillet, départ pour Isola, par la route (Morvan, Tournus, Bourg en Bresse, Voiron, Grenoble, ...) car l'autoroute aplatit les pneus, forme inadaptée aux rythmes Alpins. A Partir du Creusot, je commence à me faire rincer grave sous des gerbes d'eau que les poids lourds semblent plaisir à m'asperger. La flotte maintient sa pression, ce qui ralentit le rythme sérieusement et arrivé à Corps à 50 bornes de Gap, je commence à être crevé et j'appelle JP et Etienne pour savoir si je peux rejoindre Isola. Sur les conseils d'Etienne je joue lopette et refuse d'affonter le col de la Bonnette et je dors à Gap. Lendemain matin, la récompense est au rendez-vous sous forme de soleil radieux, direction Castellane ou je dois rejoindre la meute bitumeuse.

Arrivé au resto, première plongée dans le monde Alpinois, je retrouve avec plaisir JP, Etienne, Soanne et Personne, Bill (et Gab), BigDave, Eric, Bernard Bracam (et Fabienne), découvre AngleKing (illustre rédacteur de post kawasistes) et surtout Jeff en scooter, la surprise la plus agréable qui soit. C'est çà l'Alpine : quand le signal de ralliement hurle : on accoure soit en scooter, et même s'il faut faire 900 bornes et affronter pluie et vent.

Ensuite les valeurs sures de l'Alpine basées sur des sensations et une bonne dose de convivialité. - Des virolos à gogos et un p'tain de paysage qu'on a pu admirer beaucoup trop longtemps. Grace à la bonne humeur de JP, dans les situations pas cool, on se marre quand même, et c'est bien l'essentiel.

- Bigdave notre représentant parisien montrait un dynamisme trop entreprenant lors des arsouilles qutidiennes, alors BB et Etienne ont emmené la Voxan faire un p'tit tour dans les hauteurs d'Isola2000 et le Ducatiste grenoblois, ne supportant plus la supprématie d'un autre twin sur ses terres, s'attaqua au modèle français en son point névralgique : le cable d'accélérateur.

De retour à l'Hôtel, Bernard Bracam nous concocta en live, le 6xxx point d'amélioration de la voxan : changement du cable d'accélérateur par un câble de vélo.

Tout a été dit dans les précédents cr, et cette Alpine 3, identique aux autres nous laisse toujours la même saveur et l'envie de se retouver pour passer de bons motards sans se prendre la tete.

C'est parti : vidange huile, changement amortisseur arrière (je pense qu'il est mort), bougies, etc et direction les Cévennes ... p'tain, encore un mois à attendre.

V+ et amitiés

KEROS ... Le Retour ...

Salut à toutes et à tous,

Yé suis de retour depuis Dimanche 13 Juillet et 3 jours ont été nécessaires pour récupérer.

Dans le Morvan, j'aperçois une voxan grise tirée une voxan jaune ... demi-tour rapide (non, j'déconne).

Mes amitiés à JP, à qui je souhaite une bonne convalescence en espèrant le revoir dans les Cévennes sur 2 roues avec une clavicule toute neuve.

Après l'Alpine 3, le Dimanche avec AK (ou AngleKing pour les ignards qui ne savent) nous avons rejoint Castellanne ou devaient nous attendre Soanne et Philippe. A la sortie de Castellanne, AK fait un demi-tour pour rejoindre un groupe de 3 motards : en fait le club ZRX kawa poussive en sortie dominicale. Ségrégation : ils ont même pas regardé ma bécane (un beau svs 650).

Une p'tite bouffe à 4 puis Soanne et Personne gentiment me proposent un hébergement à Port de bouc, mais un peu rincé je compte trouver un hôtel dans le coin et remonter tranquillement vers la région parisienne.

Tellement y faisait chaud j'ai mis 4 jours pour décoller de Castellanne, sans oublier les balades sur les routes un peu défoncées des Gorges du Verdon, N85, Grasse etc ...

Ensuite 2 jours à Gap pour bien m'assurer que rouler en moto sous 40° ce n'est pas cool.

Des p'tits évènements :

Sur la route qui longe le lac de Serre-Ponçon, au carrefour qui va vers le col de St-Jean, je fais une pause, un cycliste arrive et voyant que j'ai une carte s'arrête et tombe comme une merde sur le côté gauche, n'ayant pas pu débloquer son pieds de son cale-pieds.

Sur la route de Gap-Sisteron, à l'embranchement vers Barcelonnette, une BMW k75 couchée devant un bus : en fait un italien que j'aide à redresser sa bécane (c'est lourd ces bécanes) et à rejoindre son compère qui l'attendait un peu plus loin.

Le bilan : la région Castellane-Gap, l'été en bécane c'est vraiment trop chaud et les pt'ites excursions vers Barcelonnette et Col de Vars furent de vraies bénédictions. J'ai testé aussi que l'Ubaye est une rivière vraiment froide.

A bientôt dans les Cévennes en adressant un p'tit coucou à Bambi

V+ et bizzz à toutes les bitumeuses et les bitumeurs du Sud

Kéros



JEF.CH

Où j'ai encore foutu mes cannes ???

Ayé, c’est fait! Y’a des traditions comme ça que c’est mieux si on les respecte... alors les Bitumeurs se sont fait leur 3ème Alpine, que rien que le nom déjà le motard moyen en salive d’avance comme un bouledogue devant une triple ration de Canigou, à la pensée de tous ces cols et virolos à s’enfiler 4 jours de suite. Avec en plus une ambiance du tonnerre, des personnages hauts en couleur -de mouches...-, quelques inévitables péripéties sans lesquelles une Alpine ne serait pas une Alpine, etc, etc... on y reviendra...

Et pourtant cette fois j’y allais avec une certaine appréhension. Non que je mette en doute les inégalables capacités des organisateurs, mais parce que, par ma faute et suite à mes légers stigmates de l’Alpine 02, ben heu... pas possible de rouler avec la Pan... Je dois me rabattre sur un autre véhicule, vu l’état déplorable de ma papatte.  Et le ‘’véhicule’’ en question, heu... même moi qui le connais bien pour avoir déjà parcouru plus de 30.000 bornes au guidon de cet ‘’engin’’, j’ai des sérieux doutes sur le bien-fondé de la démarche là, tu vois... Moi qui n’en suis pourtant vraiment plus à une connerie près, j’finirais presque par me demander si c’est ‘’raisonnable’’(?), à supposer que ce mot fasse un jour partie de mon vocabulaire pourtant châtié...

M’enfin, à l’Alpine comme à l’Alpine, j’ai en plus la possibilité de faire étape dans un gite rural du Voironnais (Etienne, Mimi... encore merci! Wink), alors roule... 300 bornes le lundi après-midi, ça forme le poste-arrière... vouais, pour les ceusses qui ne le saurait pas encore, c’est en scooter (horreur et damnation!) que j’envisage non sans honte de rejoindre mes copains sudistes... un Honda CN250 dit «Spazio» (enfer et putréfaction!) que j’avais acheté en 1999 suite à une longue déprime, après avoir bêtement promis à ma p’tite femme préférée que je ne ferais plus de moto... Mais c’est une autre histoire de promesse d’alcoolique alors revenons à notre Alpine.

Le mardi donc, me restait à rejoindre Isola depuis Voiron, soit un pensum au moins identique à celui de la veille niveau kilométrage, sauf que les 2802m. du col de la Bonette se promettent d’être un implacable juge de la carburation du Spazio (merde! je l’ai redis!!!). Etienne fait un grand détour par Crest pour récupérer BigDave, on reste virtuellement en contact avec nos téléphones portables, en cas de problème avec mon chiotte à roulettes... ça rassure de savoir l’assistance rapide pas loin derrière, même si -et c’est le plus étonnant dans cette histoire- en 6 jours et 2100 km., le Spaz… enfin… mon «rolling closet» ne me fera pas le moindre caprice. A croire que c’est des vrais autocollants «Honda» qui sont dessus!!! Je passe sur les premières 100 bornes, sous la pluie comme île ce doigt, puisque dès qu’Etienne ouvre la porte du garage, il pleut!!! T’as qu’à relire le CR de la Varoise de l’année passée si tu m’crois pas, y m’fait l’coup chaque fois!!! Mais ensuite, il n’y a plus eu que du soleil, une Bonette très compréhensive, et l’arrivée triomphale à Isola au milieu de la foule en délir... ah ben non, merde, j’suis l’premier! Bon, les copains finissent par arriver, avec déjà autant d’incroyables histoires de dépassements, feux rouges, etc que d’eau dans les bottes pour certains… on admire déjà les motos qui en valent la peine, et je sens poindre un désintérêt poli pour ma baignoire, associé peut-être aux mêmes interrogations existentielles qui me taraudent personnellement depuis quelques jours… pour résumer: L’Alpine? avec «ça»???? il est fou ou il est con????????

Très bonne question! et je vous remercie de ne pas l’avoir posée à –trop- haute voix, même si j’ai croisé des regards qui en disaient long… Le plan « maillon faible » qui avait tant traumatisé Chebello à la première Alpine, je suis en plein dedans! M’enfin, j’ai prévenu que selon le rythme de la balade, je me réservais la possibilité de m’éclipser un jour ou deux afin d’aller tremper ma pauvre papatte dans la grande bleue. Surtout que je comptais sur PerSOnnette pour me tenir compagnie en queue de peloton, et voilà-t-y pas que cette lâcheuse vient sans moto, en passagère de la VTR. Gloups! Me reste plus qu’à apprendre par cœur le road-book, histoire que j’aie des chances de retrouver les copains aux étapes. Encore que je crains fort d’arriver pour l’apéro à l’heure où ils finissent les cafés, mais bon, au moins j’aurai essaillé…

Mercredi.

L’heure de vérité approche… on commence la journée par la case station-service (à 11 km. d’Isola, bonjour les allers-et-retours gaaazzz!!!), et comme j’ai un peu d’avance, j’ai soudain une illumination: et si je profitais de mes bonnes dispositions pour partir devant? hein? En plus y’a des travaux sur la route et si je suis déjà largué en y arrivant, je risque de me taper 20 minutes d’attente alors que les autres auront déjà passé. On se met d’accord avec Tiennot, si d’ici Caros ils ne m’ont pas rattrapé, je les attends à l’entrée de la ville…

Caros, j’y arrive solo (y sont où? en panne?), je me parque derrière le premier giratoire, et après peu de temps, la horde sauvage arrive. Aie! les choses sérieuses commencent!!! J’ai en plus la mauvaise idée de repartir en queue de peloton, et je comprends dès le premier camion que je vais souffrir pour les dépassements. Damned, déjà largué!!! Première bifurcation pour Vence, ouf, Tiennot m’a attendu… on se prend une merde de petite route étroite et défoncée –qualités que j’apprécie pourtant beaucoup chez les jeunes femmes discrètes et tolérantes mais…- et première surprise, J’ARRIVE À SUIVRE!!! Bon, manifestement la ST2 et la kawa poussive devant moi ne sont pas à l’attaque, alors que sur le scoot’ je m’dépouille pour rester au contact… et jusqu’à Vence c’est pratiquement comme si on était en ville, donc ça reste un terrain de jeu logique pour un scooter. BB et (Francine!), sans doute par curiosité intellectuelle, restent quelques bornes derrière moi. Puis une Citroën me bloque le passage, malgré mes tentatives quasi désespérées de dépasser. BB est aux premières loges, pour une fois que c’est moi qui lui fait peur… bon, par chance, j’avais fixé mes béquilles à gauche sur le porte-bagage, ce qui fait que je n’ai pas touché, mais c’était limite… Bon, j’me calme et très grand-seigneur, je fais signe à BB de passer, lui il peut… A Vence, on s’aperçoit qu’on a perdu JP (et son ombre considérable… BigDave!). Pendant que Tiennot se refait le tour du bled, j’en profite pour –à nouveau- prendre un peu d’avance, vu que les routes à venir, très roulantes, ne me seront guère favorables. Effectivement, entre Grasse et Castelanne, un missile gris me dépose, bientôt suivi par le ‘’rouge’’ et le ‘’doré’’. Puis Tiennot-ST2, et AK dans son sillage (tiens, je pensais qu’il anglait plus que ça vu son pseudo, j’suis franchement déçu… Wink). Bill qui se promène en duo reste en ma compagnie le temps d’un instantané (j’achète le négatif !!!!), Eric passe aussi et ouf, on arrive au bistrot. Personne se fait mettre en boîte passke c’est le seul qui ne m’ait pas dépassé, mais je soupçonne Soane d’avoir mis au point un système d’ABS sophistiqué, télécommandé par des menaces et moultes pressions douloureuses sur les testicules du pilote… Wink

On retrouve Kéros qui n’a pas osé faire Gap-Isola par la Bonette de nuit (petit joueur !!! Wink), et on se tape la cloche dans une ambiance Bitumeurs typique, mauvaise foi et exagérations comprises, comme j’aime quoi... Après le repas (une pizza calzone très correcte pour moi), arrêt essence et zou!, direction Villars-sur-Var par Entrevaux. Je fais des efforts mais je me fais –lentement mais sûrement- larguer par ces rascals. Non pas que la conduite du Spaz… (chiotte!) soit difficile, vu que je ne me fatigue pas souvent à rendre les gaz, c’est pratiquement à toc tout-le-temps. Mais avec des roues de 10 et 12 pouces et des peuneus de scooter, j’hésite parfois quand même un peu à remettre de l’angle… (qui qu’a dit : tafiole??? j’t’emmerde!!!). Les 2 pauvres motards savoyards que l’on atomise entre Entrevaux et Puget n’y changeront rien, je me fais bouchonner pendant 5-6 bornes par un Belge en BMW X5, ce kon se fait toutes les lignes droites à 130-140 mais se plante au ralenti dans les virages… Ouf : Villar, Etienne me console en prétendant que mais non, ils n’ont pas attendu si longtemps que ça, même si les autres sont déjà tous au bistrot et JP a depuis belle-lurette retiré son heaume… Bof, je me console avec une menthe-à-l’eau (c’est dire la douleur! Smile) et on rejoint la route d’Isola par une D26 pourrave (ah non? c’est pas un GR?) qui mériterait de figurer parmi les morceaux de choix d’une Varoise grand crû… Wink)

Apéro à Isola, conversations de motards, et le désintérêt poli du début pour ma poubelle en devient presque de l’indifférence bienveillante, exploits –tout relatifs- de la journée obligent!!! Merci les poteaux, c’est sympa d’encourager un poireau!!! Wink M’enfin, y’a le repas du soir pour se consoler, les menus sont bien la seule chose que l’on ne critiquera pas, ça change des bécanes!

Argh! 320 bornes au programme demain... le suspense est insoutenable, ma cuvette de chiotte à roulettes parviendra-t-elle à suivre le rythme???


_________________
Les Animateurs


Dernière édition par Les Animateurs le 12 Déc 2008, 13:37; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Les Animateurs
_________________________________


Inscrit le: 16 Jan 2006
Messages: 1736
Localisation: Animateurs

MessagePosté le: 16 Jan 2006, 19:25    Sujet du message: Répondre en citant

Jeudi

Je ré-applique la stratégie de la veille et m’accorde un peu d’avance sur la meute. En fait d’avance, j’arrive à Guillaumes bien assez tôt pour faire le plein, contrôler l’huile, et… attendre un p’tit quart d’heure vu qu’entre le tout-droit de JP à St-Sauveur et la séance photos, ces touristes ne m’ont pas repris la moindre minute, bien au contraire! Faut dire, laisser JP tout seul devant sur une route qui mène à Nice… l’aurait pas compris "anis" par hasard??? Wink M’enfin, on se regroupe le temps d’une menthe-allo et gaazzz! Des gorges qu’on s’en fout si on était là pour regarder le paysage on l’ saurait, des traversées de bleds où je rajoute une grosse TVA aux 50 km/h de rigueur pour avoir une chance de recoller l’p’loton, 3 minutes d’arrêt à Colmars pour voir des cailloux mais c’est comme les paysages: t’en a vu un, tu les as tous vu… et enfin un col, d’Allos pour les intimes. JP passe sans s’arrêter et se précipite dans la descente. Je shunte la séance photos et lance mon demi-kart à sa poursuite. Sortie d’épingle à 19 km/h, ma baignoire se retrouve en roue-libre. Tiens, c’est une bonne idée ça! j’évite soigneusement de mettre des gaz et continue dans un silence d’autant plus religieux que le moteur cale. Je double quand même 3 vélos, passe à côté de JP en train d’arroser un pauvre sapin qui n’en demandait pas tant, et doit m ’arrêter à l’entrée de Barcelonnette pour relancer le moteur. Ben voui, le Spaz… truc de merde là, pour démarrer y’a une sécurité, faut appuyer à fond sur la pédale de frein, alors forcément, on perd du temps…

On se pose sur une terrasse à Barcelonnette. A peine sommes nous attablés que des touristes arrivent. Une R1 et une buse. Du coup, notre maître-fauconnier helvète devient fébrile. Il se lève, examine cet autre prédateur, et il faut toute la diplomatie de Tiennot et une aimable proposition de se charger de Francine pour l’après-midi pour le calmer. Un dessert et un réglage d’amortisseur sur la ST2 plus tard (l’est si lourde que ça Francine? Wink), c’est l’heure de déclencher les hostilités… Je pars en douce à l’assaut du Col de la Cayolle pendant que la troupe se disperse à la recherche d’une station-service. Vindiou! on sent que la DDE a fait des efforts: y’a des p’tites fleurs partout, de la verdure, des sapins… non, non, promis chef, je ne regarde pas le paysage, mais j’me traîne tellement avec mon tupperware qu’entre le moment où je ressors d’un virage plein gaz avec toute la furie de mes 17 CV, et l’heure tardive de mon arrivée à la corde du virolo suivant, ben y’a parfois des images parasites qui détournent l’attention. Y devraient faire gaffe à la DDE, nous tous c’qu’on demande, c’ est que le bitume soit correct, le reste on s’en tape! Tout ce décorum, ça trouble la concentration, merde!

M’enfin, ça n’a pas l’air de trop gêner BB, qui se pointe toujours en tête, en solo ou en duo. Un bref arrêt-regroupement au sommet du col, et tiens: nos touristes qui passent sans s’arrêter avec la buse et la R1. Bizarre... Et c’est BigDave hilare qui donne en embryon de début de commencement d’explication. Du style: "ils n’osent pas s’arrêter, ils ont trop honte!!! Avec le boulevard qu’on leur a mis..." Ah ben si c’est ça alors, tout sexe-plik! Bon, c’est pas tout ça mais le bitume va r’froidir. JP me propose un concours de roue-libre, c’est le genre d’invitation qu’il m’est encore plus difficile de refuser qu’une nuit d’amour avec... heu, vous êtes sûrs que ma femme ne risque pas de l’lire???

Bref, on se met en ligne, moteurs coupés. Normalement quand on fait ça sérieusement, on enlève les clés de contact et on les échange avec l’autre taré, mais comme là on ne connaît pas le terrain, on s’abstient "sagement". Et effectivement, y'a un tunnel peu après, et j'suis bien content d'y mettre un peu de lumière... Bon, malgré une légère avance prise au départ (ben ouais, quand on pousse sur un chiotte, y'a des résultats!!!), JP fini par me passer. Tenue de route, freinage, pneumatiques... la 748"Rat" est quand même plus efficace sur ce terrain. Jusqu'à une méchante épingle à gauche où le JP retarde son freinage, et c'est quasiment les 2 roues bloquées qu'il va flirter avec le bas-côté. Je le vois déjà parterre, et puis non, au dernier moment il parvient à s'arrêter sur les derniers millimètres de route disponibles. J'ai encore un peu d'élan, alors je le repasse. Comme on croise un Hollandais, j'essaye de déconcentrer JP en faisant un grand bras d'honneur à cette engeance nordique. Ben ouais, ça tournicote, on est toujours en roue-libre, et faut lâcher les 2 mains, mais le respect des traditions bitumeuses d'abord! Merde pour les Hollandais et vive nous! Wink Ce rascal de JP ne se laisse pas troubler, et me repasse. J'essaille à mon tour de planter un freinage de trappeur, et merd-merd-merd... la roue arrière se bloque et le scoot' se redresse d'un bon, menaçant de tirer tout-droit au lieu de prendre ce put...(maman-travaille-et-rentre-tard-le-soir...) de gauche. Je re-lâche tout et re-freine comme un damné: second blocage des 2 roues(?) et j'ai le temps de penser que non, pas une seconde fois!!! de plus t'imagines la tronche des ambulanciers qui ramasseraient un mec qui a déjà ses béquilles sanglées sur son scooter? Je re-relâche les freins et réussit miraculeusement à prendre ce virage, avec une vitesse et un angle qui n'était pas prévus au programme. On s'arrête à peine plus bas pour attendre la troupe, et j'ai l'explication de ce comportement incroyable sur un freinage pourtant presque normal. Le bitume! on a béquillé les bécanes et fait 2 pas et on peut suivre nos traces sur le bitume qui fond au soleil!!! BB et BigDave, séduit par l'idée du con-court de roue-libre se joignent à nous pour la fin de la descente. Et c'est 4 cinglés qui se jettent silencieusement dans les épingles, virages, courbes, tunnels -encore!- j'en passe et des meilleurs. Avec ou sans moteur, ça n'a pas l'air de faire de différence pour BB qui s'envole devant. BigDave profite d'un infime avantage pondéral pour larguer sa crevette fétiche, et ce n'est qu'à la faveur d'une traversée de village que je recolle le JP. La suite est pratiquement rectiligne et sans freinage, et je laisse JP à sa déprime solitaire.

On repasse par Guillaumes, on remonte sur Valberg, très loin derrière, hélas. Mon problème quand j’attaque un peu, c’est que je me sens obligé de sortir le pied dans les épingles, ça ne change pas grand-chose mais ça rassure. Mais j’évite soigneusement de prendre des risques avec ma patte cassée, donc si je passe à peu près correctement les virages serrés à droite, je suis à l’arrêt dans les gauches et ça n’arrange pas ma dérisoire moyenne. A Valberg, les copains essayent de me faire croire qu’ils n’attendent pas depuis longtemps, mais ils ont déjà tous posé les bécanes, peinards à l’ombre... encore que quand ils sont arrivés, c’était probablement encore au soleil, va savoir...

On se remet une couche de mental-haut et je décide d’aller noyer seul mon désespoir dans la D30 du matin, pendant que ces assoiffés du bitume se font encore un détour de 42 km. par les Gorges du Cians. Moi j’en ai plein le dos et plein le luc (cherche pas, c’est du verlan), j’ai envie d’une douche et de dormir...

Bon, avant de dormir, y’a heureusement un apéro, puis un repas toujours aussi sympa, des p’tits cafés et refaire le monde. Bill me lâche une remarque sur mon suppositoire et ses p’tites roues, l’inconscient! Ma vengeance est terrible: je lui file les clés, na! Va-z-y main’nant, comme ça tu sauras de quoi tu parles. Il hésite et c’est Gab’ (ah : enfin une allié dans ce monde hostile!) qui le pousse à ne pas se dégonfler, ça ferait mauvais genre Wink Bon, il enfourche ce machin, se retrouve le cul au ras du sol (bizarre, hein?), et au moment de partir hérite d’une charmante passagère qui ne peut résister au charme irrésistible du preux chevalier sur son vaillant destrier... ah non, zut, c’est JP qui veut refaire son brushing! Après un tour de village, ils reviennent morts-de-rire nous planter un freinage de cinglés et nous annoncer une vitesse de pointe parfaitement déraisonnable dans ces conditions. Dans l’euphorie du moment, voilà BB qui relève le gant et pose son séant sur mes chiottes pour nain en pure imitation Babybell. Et dans le rôle de la passagère, ce n’est rien de moins que les 115 kilos de BD qui font couiner les suspensions. Ils se lancent dans un tour –forcément- rapide, et le résultat –incroyable dans ces conditions!- exaspère JP qui agonit d’injures son pauvre pilote! Once-Trenet-l’eau-pête-chtavédigaaaaaazzzz, etc...

M’enfin, voilà une soirée qui finit bien. C’est vraiment des chouettes copains, qui me donnent presque l’impression que mon scooter et son handicapé de chauffeur sont adoptés. Merci encore! Wink

Alors demain ? on remet ça ou on va voir la mer??? J’me tâte... J’peux toujours les suivre jusqu’au Turini, puis redescendre sur Nice... on verra...

Vendredi.

On fait un copié/collé de la veille, avec les modifications suivantes: Gab et Bill nous quittent déjà, snif! Je prends comme toujours un peu d’avance, mais à la Bollène de Vésubie, j’attends 45 min. que ces loustics retrouvent la bonne route, et aussi que JP daigne fixer correctement sa plaque minérale-eau-gicle. M’enfin, rien que le nom, faut le comprendre…

Puis le Turini où les 4 grands malades de la roue-libre satisfont à nouveau leurs désormais irrépressibles pulsions.

Dans le col de Brouis, j’ai le plaisir d’avoir l’illusion de ne pas être largué trop vite par Eric-Fazer, Angle-Kong et les Personnets. Puis ça devient très roulant et mes ridicules 115 km/h en pointe ne suffisent plus... sauf dans la descente où je recolle la VTR. Soit Philippe n’est vraiment pas un bon descendeur, soit il tient à ses «gesticules»... Wink   

Après un repas rapide à Tende, sans Etienne qui est parti à la recherche d’un nouveau pneu avant à Nice (lâcheur!), je me lance à l’assaut du Col, pendant que mes petits complices vont –encore!- remplir leurs biberons. J’arrive à l’entrée du tunnel et me rends compte que si je le prends, je ne ferai pas le col (inattaquable logique helvétique!). Je sors la carte pour m’orienter et vois qu’il faut redescendre de quelques centaines de mètres pour trouver la route du col. Je la trouve, marquée «4x4 conseillés», et là, j’hésite: on a bien dit qu’on se retrouvait en haut du col, non? Donc je préfère attendre là (ho bienfaisante prudence confédérale!) et je n’ai pas tout tort: ma bande de tarés passe à donf, me regarde à peine, et fonce dans le tunnel. Seul Personne semble m’attendre un peu, faut dire que ça descend –de nouveau!- et qu’on s’est fait gentiment largué. Direction Limone Piemonte, suffit de lire le rôde-bouc…

On retrouve nos amis à la sortie d’un giratoire. JP semble confronté à un problème existentiel majeur: il a une carte dans les mains, si, si! Pour résumer, les connards de chez Bidenbum ont réussit à planter les légendes en allemand et en italien dans les 2 plis supérieurs droits de leur 245 –alors qu’en bas y’a 3 plis bleus de Méditéranée qui ne servent à rien...- et devine où on est? Bof, quelque part entre les petits signes «Flughafen» et «Monumento», c’est dire la précision. Je prends ma carte et… c’est la même! Bon, on n’est pas tout-à-fait perdu puisqu’on sait qu’il faut trouver la S21 en direction du «Colle della Maddalena». Et au radar, on trouve! J’ai l’honneur d’ouvrir la route sur quelques kilomètres, et dans un bled, je montre à mes poursuivants comment on dépasse un camion en passant par un parking sur la droite. JP et BD s’engouffre dans la brèche, mais ce put… de camion est trop rapide pour les suivants! Bof, je ne me fais pas de soucis pour eux, ils doubleront plus tard ! Wink Puis on s’arrête à Vinadio et on avise. J’ai annoncé à Tende déjà que vu le retard, personnellement je renonce au grand détour par le Col de Larche et la Bonette, surtout que la Bonette est aussi au programme pour demain.

Vu l’heure déjà avancée, c’est de fait toute la joyeuse équipe des Bitumeurs qui enquille le Col de la Lombarde qui nous ramène sur Isola 2000. Personne profite de la borne du col pour marquer son territoire et encourage de fait So à s’essayer à la macro photographie. C’est kon, les appareils jetables n’ont pas de zoom, m’enfin on verra si elle peut faire un agrandissement du p’tit oiseau… BB toujours serviable accepte de se salir les mains et retend mon frein arrière, c’était d’autant plus nécessaire que je ferai les 20 kilomètres de descente sur Isola une fois de plus en roue-libre.

Isola, Tiennot est déjà là avec son nouveau peu-nœud et il s’en va le rôder avec BB sur la Voxan. Ce qui peu après donne à Bernard l’occasion d’ouvrir une concession Voxan au milieu du village, c’est fou ce qu’une moto privée de son câble de gaz peut mettre comme animation! Le plus incroyable c’est que le recyclage du contenu des poubelles locales fonctionne et que Voxie est réparée pour le repas du soir (ou presque).

Puis à l’heure des cafés en terrasse, Personne va tester le Spazio. Il a certes un léger handicap de taille qui l’empêche de voir par-dessus le pare-brise, mais malgré tout sa conclusion est sans appel: «c’est trop drôle, j’en veux un!!!» Un grand malade ce Personne...Wink

Samedi.

Les perSOnets, justement nous quittent ce matin. Je prends –comme toujours- un peu d’avance, faut en plus que je refasse le plein de mon fauteuil. A ce propos, 10l. en moyenne pour 285 km., ça réduit considérablement le budget d’une Alpine, encore que je ne sois pas certain que cet argument suffise pour qu’il y aie plus de Spazii (?) à l’Alpine l’année prochaine… Capitalistes!!! Wink

J’attaque la montée de la Bonette par la face sud, le silence relatif de mon transat et le peu de trafic me permettent de contempler 8 marmottes! et j’en verrai encore une dans la descente, enfin: 2 si on compte celle toute plate sur la route... Un dernier apéro à Jausiers, et adieu les copains, moi j’envisage de rentrer d’une traite jusqu’à Bienne et ça fait encore de la route!

Je passe par le Col de Vars (bonjour les gravillons au début, heureusement que ça s’améliore par la suite). Au sommet, je salue les Allemands qui étaient à Isola avec nous hier soir. Ils ont l’air surpris de me voir...

Puis Briançon, la longue montée sur le Lautaret et enfin le Galibier, qui restera hélas comme mon pire souvenir de cette Alpine. La raison? des cyclistes! Une course populaire avec des dossards jusqu’à 6687, des cinglés qui te croisent à 6 de front avec en plus des voitures là au milieu, c’est l’horreur! Au point que je renonce à passer par le sommet et je me prends le tunnel juste en-dessous pour éviter de croiser ce troupeau de débiles pendant quelques centaines de mètres. Après Valloire, dans le col du Télégraphe, je croise encore les derniers retardataires. La satisfaction de leur instinct grégaire m’a fait perdre une bonne heure pour à peine 40 kilomètres, sans compter mon bonheur gâché. Ce Galibier était pourtant un grand moment de la première Alpine, mais dans ces conditions… Tiens : je suis sûr que y’avait des Hollandais dans le tas. Pis des assureurs aussi. Et éventuellement des assureurs hollandais, ça doit exister… mais c’est comme les vieux, on devrait les tuer à la naissance! Et ce n’est pas JP, ni BD qui vont me contredire…Wink

J’ai pris trop de retard, je prends l’autoroute pour les 300 derniers kilomètres et j’y prends presque plus de plaisir que dans le Galibier…

J’arrive à 19:30 à la maison, le cul tanné par 580 km. dans cette position «feet-first» de merde où tu peux jamais soulager le dos… J’appelle Etienne pour lui annoncer que tout va bien –à part le malocu- et il m’apprend la chute de JP. Ah ces vieux, dès qu’on arrête de la surveiller, ils font des bêtises…

Au bilan : 2100 km en 6 jours, une Alpine de rêve avec plein de soleil, et la preuve que malgré tous mes handicaps cumulés (papatte, béquilles, Spaz…chiotte!), c’est possible! C'était même tellement bien que j'ai tout fait...

 

Merci à tous,

Amitiés,

A+,

Le Jef-au-fait-c’est-quand-la-prochaine???

 P.S.: au générique :

748R, inoxydable tant qu’on ne lui parle pas d’eau… et qui mérite plus que jamais d’être notre chef spirituel, la preuve: c’est le seul qui ait poussé l’abnégation jusqu’à tester le bitume avec sa clavicule…

BB (et Francine) qui ne roule jamais trop vite, non, non, mais qui vole parfois un peu bas… C’est où le bouton pour allumer la post-combustion sur la buse?

BigDave qui a trouvé SA moto, et c’est bien, ça prouve que les emmerdements restent une spécialités française!!!

Bill (et Gab) toujours aussi impressionnant à la mise sur l’angle, le duo c’est dans la tête… (et le mouillé, c’est dans le slip???)

Eric avec sa doudoune gonflée comme un parapente… mais un des rares à regarder au lieu de dépasser n’importe comment comme les autres sauvages... merci encore!

EtienneST2 toujours très propre, les trajectoires surtout et les mains presque aussi mais ça c’est les super gants qui déteignent… et c’est le seul qui aurait eu la bonne carte pour l’Italie en plus… Wink

Keros qui me porte à croire que la SV est une moto fatigante (pour les poignets?), m’enfin, soit faut faire du sport, soit faut prendre un scooter… Wink

Personne (et sa SOnnette) qu’est-ce qui sont mignons! s’ils font des p’tits, faudra au moins en garder un pour décorer le side-car!

Le p’tit jeune de service : AK, qui met plus d’angle dans son pseudo que sur la route, faut dire la marque de son débris ne lui facilite pas la vie, le pôvre! Wink))


 


LES ROAD BOOK

1° JOUR
Départ depuis ISOLA à 9h00
St Sauveur-sur-Thinée
CARROS
Regroupement en entrant

Gattieres
Saint Jeannet
VENCE 74 km
Pause café.
Heure d'arrivée : 10h10
Heure de départ : 10h40

Tourrettes-sur-Loup
Le Bar-sur-loup
GRASSE
Regroupement en entrant
CASTELLANE
87 Kms
Repas
Heure d'arrivée : 12h00
Heure de départ : 14h00
Barème
ST ANDRE DES ALPES
Regroupement en entrant
ENTREVAUX
75 kms
Stop glou glou
Heure d'arrivée : 15h00
Heure de départ : 15h30

VILLARS SUR VAR
Tourner la 1° a gauche aprés Villars

St Sauveur-sur-Thinée
ISOLA
67 Kms (303)
Heure d'arrivée : 17h00
2° JOUR

Départ depuis ISOLA à 9h00
SAINT SAUVEUR SUR THINEE
Regroupement en entrant

Beuil
Valberg
GUILLAUMES
57 Kms
PAUSE café
Heure d'arrivée : 10h00
Heure de départ : 10h30
Gorges de la Daluis
SAUSSES
Tourner à droite en arrivant sur la nationale vers :

Saint-Benoit
Annot
Méailles
COLMARS
70 Kms
Pause/Regroupement 10 MN
Départ de Colmars 11h50
Allos
Val D'allos la Foux
BARCELONNETTE
47 KMS
Repas
Heure d'arrivée : 12h40
Heure de départ : 14h40

Gorges du Bachelard
Col de la Cayolle
Entraunes
SAINT MARTIN D'ENTRAUNES
60 kms
Stop Glou Glou
Heure d'arrivée : 15h40
Heure de départ : 16h10

Guillaumes
Valberg
BEUIL
Regroupement en entrant
VILLARS SUR VAR
61 Kms
Stop Glou Glou
Heure d'arrivée : 17h10
Heure de départ : 17h40

ISOLA
45  Kms (340)
Heure d'arrivée : 18h20
3° JOUR
Départ depuis ISOLA à 9h00
SAINT SAUVEUR SUR THINEE
Regroupement en entrant

Rimplas
St Dalmas
SAINT MARTIN DE VESUBIE
Regroupement en entrant
LA BOLLENE DE VESUBIE
63 Kms
Stop Café
Heure d'arrivée : 10h00
Heure de départ : 10h30

COL DU TURINI
Regroupement en haut du col

Sospel
TENDE
76 Kms
Repas
Heure d'arrivée : 11h45
Heure de départ : 14h00

Limone Piemonte
VINADIO
67 Kms
Stop Glou Glou
Heure d'arrivée : 15h10
Heure de départ : 15h40
Argentera
Col de l'Arche
Meyronnes
JAUSIERS
56 262 Kms
Stop Glou Glou
Heure d'arrivée : 16h40
Heure de départ : 17h10
Saint Sauveur de Thinée
ISOLA
61 km (323)
Heure d'arrivée : 18h10
4° JOUR
Départ depuis ISOLA à 9h00
St Etienne de Thinée
JAUSIERS
63 Kms
Stop Café
Heure d'arrivée : 10h00
Heure de départ : 10h30

BARCELONNETTE
Regroupement en entrant
LE LAUZET UBAYE
Regroupement en entrant
Puis D954 vers Savines le Lac
SAVINES LE LAC
Prendre à droite
EMBRUN
Regroupement en entrant
GUILLESTRE 80 Kms
Repas
Heure d'arrivée : 12h30
Heure de départ : 14h30

Vars
col de Vars
Arrivé sur la nationale prendre à droite vers :

Meyronnes
ARGENTERA
57 204 Km
Stop Glou Glou
Heure d'arrivée 15h30
Heure de départ 16h00
PIETRAPORZIO
Regroupement en entrant
Col de la Lombarde
ISOLA
53 Km (257)
Heure d'arrivée : 17h00

 


Des photos  dans l'album

 

 
 
 

_________________
Les Animateurs
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bitumeurs Index du Forum -> Les souvenirs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com